Le gouvernement recale 263 « handicapés non avérés » : Colère de l’Association des paralysés

Dans le communiqué du conseil des ministres du mercredi 9 janvier 2019, , porte-parole du gouvernement a annoncé que sur 1098 personnes en situation de handicap concernées par le recrutement dérogatoire à la Fonction publique, 263 sont récalées pour  »Handicap non avéré ».

Loukou Josué Kouamé, président de l’Association des paralysés de Côte d’Ivoire (), condamne cette décision. «En lien avec la politique sociale du Gouvernement, cette session exceptionnelle a connu la participation effective de 1098 candidats dont 835 déclarés aptes par le collège médical et 263 recalés pour handicap non avéré. Au terme des délibérations de la Commission Consultative de Recrutement Dérogatoire tenues les 08 et 09 novembre 2018, 158 candidats ont été retenus.

Ainsi ont été retenus : Handicapés moteurs : 98 soit 62,03%, handicapés auditifs : 24 soit 15,19%, handicapés visuels : 17 soit 10,76%, Bègues : 08 soit 5,06%, Albinos : 07 soit 4,43%, Petites tailles : 03 soit 1,90% et les handicapés psychiques : 01 soit 0,63%», indiquait sidi Tiémoko Touré, porte-parole du gouvernement au titre du ministère de l’Emploi et de la protection sociale.

A lire aussi : INFAS Abidjan : La Direction générale rançonne les étudiants et les fait chanter pour 5000 FCFA

Pour Loukou Josué Kouamé, le terme  »Handicap non avéré » est nouveau et ne repose sur aucun postulat. «263 postulants recalés par le comité médical dirigé par un médecin choisi de façon unilatérale par le Direction de la Promotion des Personnes Handicapées (). Dire que ceux qui sont recalés n’étaient pas handicapés n’est pas tout à fait exact», a-t-il lâché. Selon lui, le nouveau médecin de la utilise des méthodes appelées  »Handi test » et celles-ci sont méconnues par les concernés.

«Pour ce médecin, l’on peut être en fauteuil roulant et être déclaré inapte par le Handi test», à t-il dénoncé. Et d’ajouter : « Aucun des représentants des handicapés qui a participé à la commission consultative n’a jamais vu la liste des 263 recalés pour confirmer leur validité. C’est cela que nous appelons arnaque». Notons que dès l’annonce du recrutement dérogatoire qui donnait 1098 places aux personnes en situation de handicap, les associations et groupements sont montées au créneau sans succès pour demander au gouvernement de revoir à la hausse le quota qui leur était réservé.

Même si le conseil a décidé de reconduire l’opération pour les années 2019 et 2020 en vue de favoriser durablement l’insertion professionnelle des personnes en situation de handicap et de réduire significativement la pauvreté dans le milieu de ces personnes vulnérables, les handicapés de Côte d’Ivoire se sentent lésés par des mesures qui visent de plus en plus à diminuer le quota qui leur est fixé.

Roxane Ouattara