Roger Banchi : « Ouattara prépare une nouvelle crise pour se maintenir illégalement au pouvoir »

Roger Banchi dénonce une hérésie parlementaire du régime Ouattara jamais vécue depuis l’indépendance de la Côte d’Ivoire en 1960.

« La situation institutionnelle et politique en Côte d’Ivoire vient de connaître une nouvelle étape avec une hérésie parlementaire jamais vécue depuis l’indépendance du pays en 1960.

En effet, réunis en catimini le 20 janvier 2020, un groupe de députés issus tous du Rhdp, parti présidentiel, se présentant comme le bureau de l’Assemblée nationale affirment avoir « levé l’immunité de six Députés » du Groupe parlementaire Rassemblement, tous adhérents de Générations et Peuples Solidaires.

Ni la Constitution ivoirienne, ni le Règlement de l’Assemblée nationale, encore moins un texte législatif ivoirien, ne prévoit la levée de l’immunité d’un Député sur la base d’une auto saisine d’un groupe parlementaire.

LIRE AUSSI: La réponse du camp Soro après la levée de l’immunité de ses députés : « la crise préélectorale que le régime Ouattara crée augure des vents mauvais pour la Côte d’Ivoire »

En effet, Le Règlement de l’Assemblée nationale qui explique la procédure de levée de l’immunité est claire. L’article 47 en son alinéa 1 dispose que « Lorsque l’Assemblée Nationale, pendant la durée des sessions est saisie par le Parquet en vue d’obtenir l’autorisation de poursuivre ou d’arrêter un Député en matière criminelle ou correctionnelle, ou est saisie d’une demande de suspension des poursuites déjà engagées, il est constitué une Commission Spéciale pour l’examen du dossier »

Ainsi, dans la forme, aucun groupe parlementaire, fut-il majoritaire, ni aucun Député, fut-il Président de l’Assemblée nationale, ne peut demander la levée de l’immunité parlementaire d’un Député.

LIRE AUSSI: « Une immunité levée sans vote en plénière de l’Assemblée Nationale, elle est belle la démocratie installée à coups de fusils par Soro »

La demande de levée de l’immunité étant du ressort exclusif du procureur de la République afin de permettre des poursuites judiciaires.

La Délégation Européenne de GPS déplore un nouveau pas vers le gouffre de la nouvelle crise aux conséquences incalculables que prépare depuis février 2019, le Rhdp du Président Alassane Ouattara en vue de se maintenir illégalement au pouvoir d’Etat.

La Délégation Européenne de GPS regrette que la Deuxième Institution de notre pays, garante des Lois et représentative du peuple Ivoirien se déshonore en foulant au pied les textes qu’elle se doit de préserver avant tout.

LIRE AUSSI: Le message de Simone à KKB lors de sa visite : « il faut qu’on récupère ensemble l’âme de notre Nation »

La Délégation Européenne de GPS invite tous les députés membres du Rhdp à se garder de ternir le peu de crédibilité qu’il reste de la première Chambre du Parlement en Côte d’Ivoire.

Face aux provocations, aux entorses graves à la Constitution et aux lois ivoiriennes, la Délégation européenne de GPS invite le Président du Conseil Constitutionnel de Côte d’Ivoire à mettre fin à la cacophonie parlementaire en demandant aux députés membres du Rhdp de se conformer aux dispositions pertinentes de la Constitution du 8 novembre 2016 et au Règlement de l’Assemblée nationale de Juillet 2018.

La Délégation Européenne de GPS demande à l’Union interparlementaire et à l’Assemblée nationale française d’interpeller les autorités ivoiriennes sur l’impérieuse nécessité de respecter les droits que confèrent la Constitution, le Règlement de l’Assemblée nationale et les Lois de Côte d’Ivoire, aux Députés ivoiriens illégalement et arbitrairement détenus depuis leur arrestation le 23 décembre 2019.

LIRE AUSSI: « Bravo aux Évêques de Côte d’Ivoire qui ont libéré la parole de Dieu face aux menaces qui pèsent sur la présidentielle 2020 »

La Délégation Européenne de GPS demande la libération pure et simple de tous les détenus qui ne doivent pas être otages des turpitudes et errements de la justice ivoirienne.

La Délégation Européenne de GPS félicite l’ensemble des adhérents et sympathisants de GPS pour leur engagement à résister pacifiquement et démocratiquement.

La Délégation Européenne de GPS exhorte tous les adhérents et sympathisants de GPS à continuer de porter le message de paix, de pardon et de réconciliation prôné par le Président de GPS, candidat déclaré à l’élection Présidentielle d’octobre 2020, le Président Guillaume Kigbafori SORO.

Personnalités liées avec l’article