Saïd Penda à propos de Wattao : « rien à voir avec un seigneur de guerre avide de sang »

Saïd Penda rend hommage à l’ex-chef de la rébellion des Forces Nouvelles Issiaka Ouattara, dit Wattao, décédé ce 6 janvier 2020 à New York.

La nouvelle de la disparition, ce lundi 6 janvier 2020, de l’ex-chef de la rébellion des Forces Nouvelles Issiaka Ouattara est incontestablement l’Information du jour avec un grand  » I « .

Dans la rébellion qui a aidé à l’instauration d’une démocratie véritable en Côte d’Ivoire, on l’appelait affectueusement commandant Wattao. Ceinture noire 4e dan de judo, Wattao dirigeait la brigade « Anaconda » dans la rébellion. Craint par les hommes sous ses ordres, Wattao était également redouté par l’ennemi. Fort de son mètre 90, l’homme avait du répondant physique et était doté d’un courage digne des samouraïs.

LIRE AUSSI : Qui était Wattao, l’un des maîtres de Bouaké pendant la rébellion ?

Pourtant, tous ceux qui ont côtoyé Wattao s’accordent sur une chose : derrière la carapace se cachait un homme au grand cœur, un non-violent à la joie de vivre contagieuse. Rien à voir avec un seigneur de guerre avide de sang.

Au moment où certains politicards usurpent aujourd’hui la paternité de la rébellion libératrice dont vous avez été un des piliers et réclament à la patrie ciel et terre pour de prétendus « services rendus à la nation » alors qu’ils se sont plus servis qu’ils n’ont servi, vous avez – comme tous les autres commandants de l’ex-rébellion – intégré les rangs de la nouvelle armée sans rien demander en retour, convaincus de ce que vous n’aviez fait que votre devoir de soldats.

LIRE AUSSI : A Yopougon, un bébé meurt faute de soins dans une clinique : qui est responsable ?

Retournez donc en paix auprès de votre Créateur, « commandanté » comme disaient vos hommes de troupe. Allah pardonnera vos péchés. Nous en avons tous.

Personnalités liées avec l’article