Tueries et fosses communes de Duékoué : Laurent Gbagbo parle… pour la première fois

La Chambre de première instance I de la Cour pénale internationale a acquitté le 15 janvier 2019, Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé de toutes les charges de crimes contre l'humanité prétendument perpétrés en Côte d’Ivoire en 2010 et 2011.

Les principales informations à la Une de journaux ivoiriens parus ce mardi 30 avril 2019: Revue de la presse ivoirienne du 30 avril 2019.

FRATERNITE MATIN

Afin de permettre à ses Etats membres de faire face efficacement aux menaces actuelles et émergentes dans la région, la commission de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) appuyée par le gouvernement des Etats-Unis d’Amérique a initié un programme de déploiement de Centres nationaux de coordination du mécanisme de réponse à l’alerte précoce dans ses 15 Etats membres. En Côte d’Ivoire, le Centre a été créé en 2016 et il a démarré ses activités fin février dernier. Lundi à Abidjan, le Conseil statutaire du Centre national de coordination du mécanisme de réponse à l’alerte précoce (CNCMR) a été officiellement installé avec la présentation des 10 membres composant le Conseil dont des ministres et un représentant de la CEDEAO.

SOIR INFO

Le basculement de la Côte d’Ivoire en mode budget-programmes est prévu le 1er janvier 2020. Lundi, au cours d’un séminaire, Adama Sall, directeur de cabinet du Secrétaire d’État en charge du Budget et du Portefeuille de l’État, a présenté les avancées enregistrées qui confortent la Côte d’Ivoire a se fixer la date du 1er janvier 2020. Il a cité notamment, l’adoption de décrets relatifs à la comptabilité des matières, à la charte de gestion des programmes, à la déconcentration de l’ordonnancement et aux modalités de contrôles financier et budgétaire. Le séminaire a été l’occasion de présenter les caractéristiques majeures du budget-programmes, notamment les modalités de leur exercice et les contraintes qui en résultent en termes de responsabilités, d’expliquer le rôle de chacun des pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire dans la nouvelle donne budgétaire.

L’INTER

L’ex-président ivoirien Laurent Gbagbo, actuellement en Belgique depuis sa sortie de prison, s’est exprimé sur les tueries dans l’Ouest du pays lors de la crise post-électorale de 2010. Par la voix de son porte-parole, Assoa Adou, il demande que ces tueries soient reconnues comme un génocide et exige réparation. L’information a été livrée lors de la fête de la liberté organisée par son parti samedi à Duékoué, dans l’Ouest ivoirien. Selon Hubert Oulaye, ministre de la Fonction publique sous Laurent Gbagbo, plus de 30.000 morts ont été enterrés dans 38 fosses communes dans la région et 200.000 personnes se sont réfugiées au Ghana et au Liberia voisins, sans compter des expropriations de terre.

Personnalités liées avec l’article