Gon en conférence de presse : « La place du PDCI est bel et bien au RHDP »

Amadou Gon Coulibaly en conférence de presse le lundi 17 septembre 2018
Amadou Gon Coulibaly en conférence de presse le lundi 17 septembre 2018

Le premier ministre anime une conférence de presse, ce lundi 17 septembre 2018 à la , autour du thème : « Le social au coeur de l’action gouvernementale ». Premiers morceaux choisis.

« Le gouvernement engagera des discussions avec la classe politique ivoirienne. Il est incompréhensible que certains veuillent troubler la quiétude des Ivoiriens. Nous ne l’accepterons pas. La place du PDCI est bel et bien au RHDP (…) Je ne vois pas d’intimidation pour parler des candidats du RHDP. Il y a eu une diversité au niveau des candidats. En tout état de cause c’est au RHDP que la place du PDCI se trouve »

« Pour le bilan de la couverture maladie universelle (CMU), nous sommes en retard.Ce qui a été fait est un projet pilote qui a porté sur le monde estudiantin (150 000 étudiants) à hauteur de 1000 FCFA par étudiant. Ces derniers bénéficient des prestations. Cependant l’année prochaine, nous aurons une représentation graduelle du projet. Mais patienter dans quelques semaines vous aurez des détails ».

A lire aussi : Amadou Gon : « Les bacheliers ivoiriens sont aptes à intégrer les grandes écoles aux Etats-Unis »

« Pour le 4ème pont, ce n’est pas de gaieté de coeur de déguerpir les gens. Les locataires auront 4 mois de loyer. Les ressources existent. Pour Adjamé Village, ce sont 68 concessions qui sont concernées. Les discussions sont en cours ».

Simone Gbagbo

Pour Simone Gbagbo, Alassane Ouattara a dit qu’il n’amènera plus personnes à la CPI. Si des envoyés de Simone Gbagbo expriment le besoin de rencontrer le président pour sa gratitude, ce serait la bienvenue. Pour les militaires on a trouvé qu’il n’était pas opportun de les libérer maintenant en pensée aux victimes pour  ceux qui disent les donneurs d’ordre ont été libérés et qu’ils fallait libérer les exécutants, je ne peux pas me prononcer là-dessus.

« Pour les enfants en conflit avec la loi, c’est un problème difficile. Un programme a été mis en place . Il y a une baisse qui a été observée »

« Les enfants en conflit avec la loi, c’est un problème difficile. Un programme a été mis en place. Il y a une baisse qui a été observée. Il n’y a pas la même ampleur qu’il y avait quelques mois. Au niveau de la corruption, l’autorité de bonne gouvernance fait un bon travail. Une quinzaine de dossiers ont été rendus au procureur de la république ».

« Pour Saf-Cacao, l’idée est que le liquidateur trouve un repreneur. Nous y travaillons pour éviter une cessation d’activité. Le personnel est encore payé ».

Prince Beganssou

Frais d’inscription mafieux à l’école : Mamadou Koulibaly dénonce