Présidentielle 2020 en Côte d’Ivoire: Ouattara tente de rassurer les chefs traditionnels du district autonome d’Abidjan

Les informations à la une des journaux ivoiriens parus ce mercredi 24 avril 2019 et la Présidentielle 2020 en Côte d’Ivoire: Ouattara tente de rassurer les chefs traditionnels du district autonome d’Abidjan.

FRATERNITE MATIN

Le président Alassane Ouattara a échangé mardi à Abidjan avec les chefs traditionnels du district autonome d’Abidjan, des Régions des Grands Ponts et du Sud Comoé. Au terme de la rencontre, le porte-parole des chefs traditionnels, Faustin Abodou, a indiqué qu’en leur qualité d’autorités coutumières et donc garants de la stabilité dans les villages, il était de leur devoir de porter à la connaissance du chef de l’Etat, un certain nombre de préoccupations émanant de leurs populations respectives et de recueillir en retour, ses avis et les bonnes informations. Au nombre de ces préoccupations, selon le chef Abodou, figure l’élection présidentielle de 2020, pour laquelle les Ivoiriens souhaitent qu’elle soit apaisée.

SOIR INFO

Le président ivoirien Alassane Ouattara a inauguré mardi soir à Abidjan la 2ème exposition dénommée « objets uniques » de la princesse Ira De Fürstenberg. Plusieurs objets d’arts ont été officiellement mis en vente lors de cette exposition qui durera deux jours et dont les bénéfices seront reversés à la Fondation Children Of Africa de Dominique Ouattara. Les bénéfices des ventes serviront précisément à acquérir le mobilier et l’équipement de la Maison de vie de l’hôpital mère-enfant de Bingerville, dans les encablures d’Abidjan, conçue pour accueillir les enfants qui ont besoin de soins ne nécessitant pas une hospitalisation, ainsi que leurs mamans. La Maison de vie mise compte 24 chambres (avec 48 lits), une salle de cours, une cantine, deux salles de jeu et six salles administratives.

L’INTER

Sur les traces de leurs origines, les Boni de Guyane invités d’honneur de la 1ère édition des journées mémorielles internationales de la Route de l’esclave se sont rendus mardi à Tiassalé (120 km d’Abidjan). Là-bas, dans le village de Kanga Nianzè, les descendants des Boni ont reçu un bain de purification et de restauration de leur identité au bord du fleuve Bodo. C’était une étape essentielle de leur visite car ce fut en ce lieu que les esclaves prenaient leurs bains de purification avant d’être déportés par les colons. Avant la cérémonie de purification, la délégation des guyanais a effectué une visite sur la stèle de la Route de l’esclave inauguré il y a deux ans lors du lancement du projet « la route de l’esclave » et se sont rendus chez une famille Boni de Tiassalé.