Affaire « réponse de Sidi Touré aux Évêques catholiques » : les vérités de Zadi Vacka, pro-Gbagbo au ministre

Lettre ouverte de Zadi Vacka à Sidi Touré, suite à la réponse du ministre la Communication après la conclure des évêques sur la tenue de la présidentielle.

Monsieur SIDI TOURÉ,
Nous avons lu et publié abondamment, hier, ce que vous avez appelé » la réponse du gouvernement aux Évêques catholiques ». Dans votre réponse, vous affirmez qu’il « n’y a pas de prisonniers politiques en Côte d’Ivoire » et que Ouattara « dans un souci de réconciliation a pris une ordonnance portant loi d’amnistie en 2018 qui a permis de libérer les prisonniers politiques en 2018″. Vous avez aussi dit que tous ceux qui sont encore en prison, surtout les militaires, sont des »prisonniers de droit commun jugés et reconnus coupables de faits car la crise post électorale a fait 3000 morts… ».

Monsieur SIDI TOURÉ, la réponse que vous donnez aux Évêques catholiques dont nous avons mis des extraits ci dessus appelle quelques questions.

LIRE AUSSI: « Un coup d’Etat de Soro serait un suicide l’environnement n’est pas propice « 

1) Les Évêques catholiques ont soulevé 4 points essentiels dans leur adresse au gouvernement que nous résumons ainsi : libération des prisonniers politiques, conditions générales d’élections apaisées en réformant la CEI, retour des exilés et reconciliation nationale. Alors pourquoi c’est seulement au point concernant les prisonniers politiques que vous semblez vous occupez et donnez une réponse ?

2) D’ici octobre 2020, c’est l’échéance constitutionnelle électorale. Et les partis politiques de l’opposition, la société civile, et maintenant les Évêques catholiques interpellent le gouvernement afin de créer les conditions d’élections justes et équitables en vue d’apaiser le climat politique dans notre pays. Alors pourquoi vous ne vous préoccupez pas de cette interpellation qui est aussi importante ?

LIRE AUSSI: « Si Bédié et Gbagbo sont candidats en 2020, le RDR n’aura pas de meilleur cheval que Ouattara » (Décryptage)

3) Monsieur SIDI TOURÉ, lorsque vous parlez abondamment et fréquemment de 3000 morts de la crise post électorale pour lesquels ceux qui sont encore en prison depuis bientôt 10 ans ont été jugés et reconnus coupables, voulez vous nous dire que ces 3000 appartiennent seulement au camp des vainqueurs qui instrumentalise la justice et dont vous portez la parole ?

Pour notre part, avant que vous ne répondiez à nos questions (puisque c’est votre rôle de répondre) voulez-vous nous dire que Ouattara, le Rdr et son gouvernement dont vous êtes le porte parole reconnaissent implicitement que les militaires et civils qui sont encore en prison sont bel et bien des prisonniers politiques que Ouattara garde? Sinon comment comprendre que dans une série de doléances exprimée par le clergé catholique c’est seulement celle relative à la la demande de libération des prisonniers politiques qui vous ébranlent. Et Monsieur SIDI TOURÉ, si vous mêmes vous parlez de loi d’amnistie c’est qu’il y a des prisonniers politiques qui n’ont pas encore été pris en compte par ladite loi.

LIRE AUSSI : Refus de libérer les prisonniers politiques en Côte d’Ivoire : « Ouattara est-il le seul à avoir souffert de l’adversité ? »

Pour finir, Monsieur SIDI TOURÉ, la seule réponse que demandent les Évêques catholiques à leurs doléances exprimées à l’issue de la 114 è conférence Épiscopale de Korhogo, c’est de traduire dans les faits et actes et non dans un discours sonore et inaudible :

  • la libération effective des derniers prisonniers de la crise post électorale ;
  • la refonte de la CEI ;
  • la réconciliation nationale.
    Monsieur SIDI TOURÉ, c’est de cette façon seule que votre réponse aux Évêques catholiques sera utile et d’un effet bénéfique pour la Côte d’Ivoire. Le reste étant de la vaine et inutile polémique que vous suscitez.

LIRE AUSSI: Ouattara gracie plus de 3000 détenus et oublie encore les pro-Gbagbo, les pro-Soro et Jacques Mangoua

Dans l’espoir que vous lirez cette lettre ouverte avec attention, veuillez agréer, Monsieur, l’expression de notre considération.

Personnalités liées avec l’article