« Au FPI, la bataille entre les pro-Nady Bamba et les pro-Simone sur la toile fait rage et elle livre des secrets »

« Le château de mensonges s’effrite et s’écroule… » Que se passe t’il au FPI entre les GOR de Gbagbo, les pro-Simone et les pro-Nady Bamba ?

Pour combattre Affi, ils ont choisi de ne pas l’affronter dans les urnes à l’occasion d’un congrès statutaire du FPI mais d’opter pour la facilité : diriger le parti par procuration. Ce choix les exonère d’avoir à se soumettre au suffrage des militants : un pari risqué.

Pour atteindre donc leur démoniaque objectif ils entreprennent d’élaborer une stratégie de communication basée uniquement sur le mensonge et le faux.

À cet effet, deux sulfureux personnages, plus connus pour leur affairisme autour des couples Gbagbo, sont en mission avec pour feuille de route de convaincre, par la manipulation et l’intoxication, qu’Affi (l’ingrat, le traître, le vendu…) refuse de céder la présidence du FPI à Gbagbo.

LIRE AUSSI: « Aujourd’hui le PDCI est dans l’opposition, et le leader de l’opposition s’appelle Bédié »

Mieux, pour s’assurer de vraiment toucher la corde sensible de tous ceux qui compatissent à la souffrance et au martyre carcéral de Gbagbo, ils iront jusqu’à leur faire croire que le Woody a besoin, 19 ans après avoir quitté la tête du parti, d’en redevenir le président pour avoir toutes les chances de s’extraire des liens de la détention à la CPI, ce qu’Affi qui aurait décidé de croiser le fer vaille que vaille, avec Gbagbo, refuse.

La bataille entre les pro Nady et les pro Simone sur la toile fait rage. Elle livre des secrets

Plus un mensonge est gros, plus il passe aisément. Il faut avouer que de nombreux Ivoiriens, de bonne foi, ont mordu à l’hameçon. Nous avons beau dénoncer l’évidence du complot et expliquer que Gbagbo était l’otage d’une nébuleuse politico-affairiste autour de lui, rien n’y fit. Le venin du mensonge avait puissamment été inoculé dans leur esprit par des proches de Gbagbo, dont la proximité d’avec le Woody devait convaincre les plus sceptiques qu’ils étaient effectivement ses messagers, ce qui était de nature à couvrir leurs mensonges d’un vernis de vérité.

LIRE AUSSI: Candidature de Gbagbo en 2020 : Affi dans le piège du Woody ?

Demba Traoré, très proche de Nady Bamba, sera le 1er à sonner la charge avec cette fameuse phrase que Gbagbo lui aurait dite « si Sangaré tient, je tiendrai ». Alea jacta est. Il ne restait plus qu’à retourner Sangaré, “le gardien du temple”, en leur faveur pour que le crime soit (presque) parfait.

Stéphane Kipré, gendre de Gbagbo, ne sera pas en reste. Connu et reconnu pour ses prodigieux talents de faussaire, il sera mis en mission avec pour tâche principale d’imiter la signature de Gbagbo à l’effet de faire croire que ce dernier avait, depuis sa cellule, fait acte de candidature pour la présidence du FPI alors même que Gbagbo lui-même revendiquait la présidence de la République. Or en 2014, la constitution ivoirienne ne permettait pas au président de la République d’être en même temps président d’un parti politique.

LIRE AUSSI: Rodel Dosso : « une opposition entre Simone et Laurent serait la pire des choses qu’on pourrait souhaiter »

Aujourd’hui le temps a fait son œuvre. Les choses qui étaient profondément enfouies commencent à ressortir à la surface. La bataille entre les pro Nady et les pro Simone sur la toile fait rage. Elle livre des secrets (de polichinelle) de la cour et du palais présidentiel? momentanément déporté à Bruxelles. Rien n’est épargné aux Ivoiriens. Aussi, les écailles commencent-elles à tomber des yeux.

Le mensonge des Gbagbo ou rien n’aura pas résisté à l’épreuve du temps et… des faits

L’adage nous enseigne que « quelque soit la durée de la nuit, le soleil finit toujours par apparaître ». Le mensonge des Gbagbo Ou Rien n’aura pas résisté à l’épreuve du temps et … des faits. Une fois de plus, il aura été démontré que le crime parfait n’existe pas.

LIRE AUSSI: Jean Claude Kouassi depuis Tengrela : « l’orpaillage clandestin est un réel danger »

Pour sa part, Affi NGuessan, toujours humble, appelle les uns et les autres au calme et à la retenue. Ils les invitent à revenir à la maison (mère) afin qu’ensemble, ils mènent le bon combat, le seul qui vaille la peine d’être mené : celui de la démocratie et du développement inclusif de la Côte d’Ivoire.

Personnalités liées avec l’article