Bédié : « nous allons trouver notre bagnon et nous voterons pour lui »

Bédié a reçu le 20 février 2020 une délégation des parents de Gbagbo venue lui dire merci pour son soutien leur « fils ».

«Je suis très heureux de vous recevoir aujourd’hui à la maison. Madame Bédié vous a rendu visite là-bas, vous l’avez bien reçue. Et vous êtes venus nous rendre visite aujourd’hui.  Je vous accueille avec joie. Dans la tradition de tous les peuples africains, chez les Bété comme chez les Baoulé, lorsqu’un frère est en difficulté, on va le voir pour l’encourager dans la lutte, l’effort pour sortir des difficultés. C’est ce que j’ai fait moi-même en tant que grand frère en allant voir mon jeune frère à Bruxelles pour le saluer et l’encourager», a indiqué le président du PDCI, à la délégation des parents de Laurent Gbgabo, conduite par le chef de terre de Mama, Joseph Goli Ogou.

LIRE AUSSI: « Je sais que c’est à cause de moi que deux de mes frères ( Soro Simon et Soro Rigobert) sont aux arrêts »

Poursuivant il dira, « pendant tout ce temps, nous avions l’habitude au moins de laisser ceux qui étaient dans l’opposition tranquille. Et quand il y avait des problèmes graves, on les appelait pour discuter et voir quelle solution trouver. Aujourd’hui, vous voyez vous-mêmes, ce n’est plus le cas. Aujourd’hui, ceux qui sont au pouvoir ne parlent plus avec l’opposition. S’ils parlent avec l’opposition, c’est un dialogue de sourds. Ils font ce qu’ils veulent. Tout ce qu’ils font est pour leur clan, leurs familles. S’il y a des nominations dans l’administration de la Côte d’Ivoire qui appartient à tout le monde, ils ne prennent que les gens de chez eux ».

LIRE AUSSI: Les révélations sur le clan RHDP : « Ces personnes qui veulent la mort de Soro avant la présidentielle »

« Tout cela avec beaucoup d’autres vexations. Et nous voulons changer cela pour que Gbagbo et Blé Goudé puissent revenir chez eux pour travailler ensemble. Voilà ce que nous faisons. Je suis d’accord quand vous dites : ‘si dans la danse nous n’avons pas de bagnon, nous allons trouver celui qui ressemble à notre propre bagnon. Et nous voterons pour lui», a conclu le président du PDCI, Henri Konan Bédié.

Personnalités liées avec l’article