« Blé Goudé sait ce qui l’attend à Abidjan. Il est peut-être menteur, mais il n’est pas idiot »

Blé Goudé, même si les juges de la CPI lui accordaient la liberté après ses crimes post-électoraux de 2011, sait ce qui l’attend à Abidjan a déclaré Doumbia Major.

Leur stratégie, c’est la négation permanente et mentir avec conviction, en groupe, même face à l’évidence.

Donc la LIDHO aussi, par la voix du prof Bléou Martin, ancien ministre de l’Intérieur, a menti sur la tricherie de Blé Goudé dont le conseil de l’université a fait annuler la licence d’anglais pour s’être fait attribuer une note par le professeur Toro Sery, alors qu’il n’avait pas pris part à un examen. C’était sous le régime de Gbagbo, avec un ministre de l’Enseignement supérieur FPI et un président de l’université de Cocody lui aussi membre du FPI.

Pour votre gouverne, le professeur Toro Sery a été radié de l’université, et l’université d’Abidjan a écrit à l’université de Manchester pour faire annuler l’inscription de Blé Goudé qui s’y prévalait d’une licence frauduleuse pour s’inscrire en année de master.

LIRE AUSSI : Saïd Penda : « la rébellion ivoirienne n’a jamais commis de crimes contre l’Humanité, contre l’ennemi »

La preuve en est que depuis que des décennies qu’il est fait cas de la tricherie de Blé, il est incapable de publier une simple copie d’une licence d’anglais qu’il aurait obtenue, parce que l’attestation provisoire d’une durée de trois mois qui lui a été délivrée, a été annulée.

D’autre part, en ce qui concerne sa dimension criminelle, ses propres amis du FPI de l’UNG et du COJEP ont témoigné pour dire qu’il a participé le 24 mai 2000 à la réunion qui a décidé de l’attaque sanglante du restaurant universitaire de Cocody le jeudi 25 mai 2000. Ont-ils menti sur lui ? Les vidéos de leurs propos sont encore sur mon mur.

D’autres part, j’ai sur ma page YouTube (pour l’instant en mode privé) l’audio de l’un de ses proches collaborateurs, qui décrit avec détails comment il a organisé les attaques de la cité de Port-Bouët 2 et de Vridi qui ont abouti à l’assassinat de Bakayoko Memissa. En temps opportun, nous lui ferons la surprise de ce témoignage accablant qui concerne ses crimes de 2000.

LIRE AUSSI : Libération de Gbagbo et Blé Goudé: Ce que préparent les GORs à La Haye le 6 février 2020

Les assassinats de Bakayoko Memissa, Kouassi Hervé, Kignelman Jonas, Kone Moudoulaye … sont-ils des suicides ?

Continuez vos propagandes et négations de la vérité, c’est pourquoi les gens n’auront jamais pitié de vous.

Quand on essaye de pardonner vos crimes, au lieu de vous faire « tout petit », pour que les gens oublient, vous venez sur la place publique vous faire passer pour des gens qui sont propres, ravivant ainsi la rancœur des gens pour les crimes que vous avez commis contre eux et leurs proches. Vous parlez de réconciliation, mais vous agissez dans le sens de faire en sorte que les gens ne vous pardonnent jamais les crimes que vous avez commis à leur encontre. Car, se taire face à un criminel qui nie ses crimes, c’est tuer deux fois sa victime.

Continuez sur ce chemin de la négation permanente et du mensonge et on verra si les gens ne se vengeront pas de vous.

LIRE AUSSI : Konaté Sidiki à Soro: « le serpent n’est pas mort, je te demande pardon de revenir au RHDP »

Moi je peux pardonner à celui qui a tué mon frère ou mon ami et qui accepte de se repentir et de demander pardon. Mais celui qui a tué mon proche et qui nie les faits doit savoir que me taire sur ses crimes et ne pas les dénoncer, c’est non seulement les cautionner, mais c’est l’aider à tromper le peuple sur sa véritable nature d’assassin.

Tant que Blé Goude sera dans la négation des crimes qu’il a commis, au delà de la justice, il sait ce qui l’attend à Abidjan. Il est peut-être menteur, mais il n’est pas idiot.

D’ailleurs, il doit être heureux d’être si loin du pays, car il sait que les parents et amis des étudiants qu’il a tués vont l’assassiner, même si le gouvernement venait à lui donner 10 ou 100 gardes du corps à lui tout seul.

LIRE AUSSI: Siandou Fofana invite Bédié à revenir au RHDP auprès de Ouattara

C’est d’ailleurs pourquoi je suis allé lui donner des conseils à la Haye, en lui disant que moi je lui ai pardonné, mais s’il veut vivre, qu’il s’inscrive dans une dynamique de demande de pardon et de repentance et qu’il arrête de se faire passer pour celui qui n’a rien fait. Car si cette posture mensongère peut lui permettre d’avoir quelques adhésions d’ignorants à sa cause, cela ne fait qu’énerver ses victimes et les parents et proches de ceux qu’il a fait assassiner. Visiblement, il n’a pas entendu mes conseils.

Il fait donc son spectacle comique sur Facebook, mais en même temps il sait que, même si les juges de la CPI lui accordaient la totale liberté en lui disant qu’ils n’ont pas pu trouver les preuves de sa culpabilité directe dans les crimes post-électoraux de 2011, il sait qu’au delà de ses discours, il ne peut pas aujourd’hui venir vivre à Abidjan, parce qu’il est conscient qu’il traîne un contentieux pour des crimes commis en 2000 pour lesquels les victimes et parents de victimes l’attendent de pied ferme.

LIRE AUSSI : Mamadou Koulibaly : « j’ai parlé à Bédié et à Gbagbo … On peut envisager un plan B »

Dans la vie, quand tu te comportes en crabe, on te mange avec beaucoup de bruit : il se faisait appeler « le vent », « l’insaisissable », on lui a mis la main dessus et on l’a enfermé comme on enferme l’oxygène dans des bouteilles. Il se faisait appeler « le rat », l’homme aux 18 trous, il a été débusqué au Ghana. Il se faisait appeler le crabe, l’homme qui regarde en face et marche pour aller sur le côté et qui a choisi de cacher sa chair dans ses os : c’est en crabe qu’il finit sa vie, puisqu’il sera mangé avec beaucoup de bruit.

Personnalités liées avec l’article