Ghana : Katinan Koné brièvement interpellé à l’aéroport d’Accra

Justin Katinan Koné et Jerry Rawlings

Justin Katinan Koné brièvement interpellé à l’aéroport d’ (), ce lundi 12 mars 2018. L’ex-ministre du Budget de revenait d’une tournée politique en Europe. Il a été très vite relâché.

C’est à l’étape de la validation du passeport à l’aéroport de Kotoka, à Accra, que l’ancien porte-parole de Laurent Gbagbo, lors de la crise postélectorale de 2011 a été interpellé. qui fait l’objet d’un mandat d’arrêt international délivré par la Côte d’Ivoire, était dans la base de données des personnes placées sous surveillance par le Bureau national des renseignements (BNR).

Article le plus lu : Adama Bictogo attaque Jean-Louis Billon

L’agent de police a donc procédé à une vérification classique et sollicité une instruction de sa hiérarchie. Celle-ci est tombée très rapidement, à savoir que Katinan Koné devrait regagner son domicile sans autre forme de procès. Ce qui fut fait.

« Protégé par l’ancien président ghanéen Jerry John Rawlings, Katinan Koné bénéficie de solides soutiens au sein de la classe politique ghanéenne »

En janvier 2018, l’ex-argentier de Gbagbo pendant la crise postélectorale a été condamné à 20 ans de prison, par la justice ivoirienne, dans un procès où comparaissaient Laurent Gbagbo (détenu à la Cour pénale internationale – CPI- depuis novembre 2011) et deux autres anciens ministres, dont l’ex-premier ministre Gilbert Aké N’Gbo. Ils étaient accusés de « braquage » de l’agence nationale de la Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) et de plusieurs banques commerciales, durant la crise post-électorale de décembre 2010 à avril 2011 et ont été condamnés solidairement à payer une amende de 329 milliards FCFA, à l’Etat de Côte d’Ivoire.

Ce n’est pas la première fois que Katinan Koné est interpellé au Ghana où il est en exil, après avoir fui le pays, suite à la chute de Laurent Gbagbo, le 11 avril 2011. Fin août 2012, il avait été interpellé dans le même aéroport, puis relâché, après plusieurs jours d’intrigues politiciennes. Il avait échappé de peu à une extradition, une chance que n’ont pas eu d’autres personnalités pro-Gbagbo, comme Charles Blé Goudé et Jean Yves Dibopieu.

Hubert Oulaye: « Voilà le piège que Ouattara nous tend »

Protégé par l’ancien président ghanéen Jerry John Rawlings, Katinan Koné bénéficie de solides soutiens au sein de la classe politique ghanéenne. Récemment reçu par le président Nana Akufo-Addo, il en avait profité pour réclamer plus de protection pour les pro-Gbagbo en exil au Ghana. Le Ghanéen l’avait assuré de ne jamais autoriser une extradition d’Ivoiriens, durant son mandat, à condition que ceux-ci ne se livrent pas à des actions de déstabilisation du pouvoir d’Alassane Ouattara, avec lequel il entretient de bons rapports.

Elvire Ahonon

A lire aussi : Pascal Abinan : « Affi a traité Bédié de pneu réchappé »

Personnalités liées avec l’article