Lutte contre la fièvre aphteuse : la FAO aide la Côte d’Ivoire

Pour une mener la lutte contre la fièvre aphteuse la FAO s'est engagé aux côtés de la Côte d'Ivoire, le mardi 8 septembre 2020.

Le et l' () ont signé à , un protocole d'accord pour appuyer l'Etat de Côte d'Ivoire à lutter contre la fièvre aphteuse.

Sur deux ans, selon le représentant de la FAO en Côte d'Ivoire, Samy Gaiji, l' bénéficiera à travers cette convention d'un montant d'environ 28 millions F CFA, financé par l'Agence du département de la défense des (DTRA) pour faire face à cette maladie hautement contagieuse qui a d'importantes répercutions économiques et touche les bovins, les porcins, les ovins, les caprins et les animaux sauvages dont certains comme les buffles sont des porteurs sains.

Satisfait de cet appui, le des Ressources animales et Halieutiques, a promis que les fonds servirons à élaborer un plan d'évaluation de risque de la fièvre aphteuse au niveau national, renforcer la capacité de détection rapide des services vétérinaires, de diagnostic des laboratoires, la biosécurité dans les élevages porcins, ovins et caprins et mettre en place une surveillance à base communautaire de la maladie.

LIRE AUSSI : Fièvre aphteuse au Maroc : Faut-il s'en inquiéter ?

Il a réitéré l'engagement de ses services à œuvrer à l'amélioration de la santé des cheptels, à garantir la santé animale et l'hygiène publique vétérinaire pour le bonheur des acteurs des filières bétails, viandes et porcines.

En Côte d'Ivoire, les premières épizooties de la fièvre aphteuse ont débuté dans les années 1970. A cette période, la maladie n'affectait que les ruminants domestiques.

Par ailleurs, depuis mai 2018, des alertes de la fièvre dans la filière porcine ont été notifiées aux services vétérinaires qui ont effectué des prélèvements dans les zones de suspicion.

Les résultats des analyses de laboratoire ont confirmé le 13 , la présence effective du virus de la maladie notamment le stéréotype O qui est proche de celui de la et de l'.

La maladie a été déclaré dans plusieurs zones du notamment à Abidjan, Bouaflé, , San-Pedro pour ce qui concerne les porcins occasionnant ainsi des pertes économiques considérables évaluées à plus de deux milliards F CFA pour la filière porcine et des perturbations dans l'approvisionnement du bétail sur le marché (mouton, bœufs.)

Written by Franck Irié

Le zoo national d’Abidjan fermé jusqu’à nouvel ordre

Covid-19 au Maroc : 1.941 nouveaux cas ce 8 septembre 2020