Mamadou Koulibaly: « le régime qui est là n’a pas envie d’organiser les élections 2020 correctement »

Dans son rendez-vous hebdomadaire, dénommé « Jeudi, c’est Koulibaly », s’est exprimé sur l’organisation de la présidentielle de 2020.

« Nous avons appris cette semaine que le gouvernement ivoirien a invité les Nations unies à venir pour discuter pour voir dans quelles mesures l’ONU allait l’aider à l’organisation de l’élection présidentielle en Côte d’Ivoire. Notre gouvernement n’a donc pas les moyens d’organiser l’élection présidentielle de 2020. Pourtant, il est présenté comme un gouvernement qui a du succès partout, tout va bien. La Côte d’Ivoire est devenue riche, les Ivoiriens sont devenus riches. Le niveau de vie a augmenté. Le revenu par tête a augmenté et les conditions sont bonnes, mais il n’a pas d’argent pour organiser les élections », a déclaré Mamadou Koulibaly, dans son rendez-vous hebdomadaire, dénommé « Jeudi, c’est Koulibaly » ce jeudi 14 novembre 2019.

LIRE AUSSI: Kalifa Tokpa: « Soro a dégainé trop tôt alors que son arme n’avait pas de munitions »

Avant d’ajouter, « les Nations unies elles-mêmes, si l’on en croit les propos de son secrétaire général, expliquent qu’elles ont des difficultés pour boucler leur programme pour 2020 à venir, parce que plusieurs pays n’ont pas payé leurs cotisations ».

LIRE AUSSI: Soro: « en 2020, au second tour, nous allons soutenir celui qui sera le mieux placé d’entre nous »

Pour le professeur, Mamadou Koulibaly, « le régime qui est là n’a pas envie d’organiser des élections correctement. « On n’a pas de liste électorale, on n’a pas d’enrôlement électoral. Il était prévu un recensement général de la population en 2019, on est en décembre bientôt, on n’a rien vu. La commission électorale pose problème ».

LIRE AUSSI: Nathalie Yamb, la conseillère de Mamadou Koulibaly qui fait trembler le Quai d’Orsay

« Le code électoral qui va être modifié pour intégrer la vice-présidence, mais sans retirer la mainmise du président de la République sur la commission électorale. Si en plus de tout ce cafouillage organisationnel, il n’y a pas d’argent et qu’on va chercher aux Nations unies, qui elles-mêmes n’en ont pas, vous imaginez bien que l’élection à venir risque d’être escamotée », a conclure Mamadou Koulibaly.

Personnalités liées avec l’article