Mariatou Koné, l’institutrice et la risée d’internet

Une photo circule depuis quelques heures sur les réseaux sociaux montrant la ministre Mariatou Koné, en train de pointer une erreur de calcul sur le tableau de l'effectif d'une classe.

Cette photo est devenue virale et est partagée dans de nombreux groupes WhatsApp, telegram et autres, accompagnée de commentaires violents à l'encontre de l'institutrice concernée.

Assalé Tiemoko, député de la nation, s'est intéressé à cette affaire et a pris le temps de comprendre le contexte dans lequel cette photo a été prise. Il a ainsi contacté Mme la ministre , qui lui a expliqué que ce n'était pas son service de communication qui avait pris cette photo et que sa publication sur les réseaux sociaux ne provient pas dudit service. Elle a également précisé qu'elle n'était pas dans cette salle de classe pour une inspection, mais qu'elle était en tournée dans la zone de Guitri pour inspecter des infrastructures scolaires construites ou en construction. C'est par un pur hasard qu'elle est rentrée dans cette classe pour s'assurer que des travaux y ont été faits.

LIRE AUSSI: Les propositions de loi du Député Assalé Tiémoko en attente de réponse

La ministre a remarqué le faible effectif affiché au tableau en ressortant de cette classe et s'est alors aperçue de l'erreur dans la case « absents ». L'enseignante a été interpellée et a rapidement corrigé l'erreur sans être blâmée. C'est avec surprise que la ministre a découvert que cette photo a été publiée sur les réseaux sociaux sans son autorisation, sans doute par un membre de la presse ou une autre personne présente sur le lieu et dans un but malveillant.

Au-delà de l'erreur commise par l'enseignante, l'exploitation de cette photo sans flouter le visage de l'institutrice est une atteinte à sa dignité et peut avoir des conséquences dramatiques sur sa vie morale. Assalé Tiemoko appelle donc les uns et les autres à plus de responsabilité dans l'utilisation des réseaux sociaux et dans l'exploitation de l'image d'autrui.

LIRE AUSSI: Simone Gbagbo plaide pour le retour de Soro

L'institutrice a le droit de saisir la police scientifique pour rechercher la personne qui a publié cette photo et l'amener à expliquer les motivations de son acte devant la justice. La recherche du buzz à tout prix peut déboucher sur des drames et il est important de faire preuve de prudence pour éviter de nuire à autrui.

Même lorsque la police arrête des braqueurs, on ne montre pas leur visage à la télévision sans le flouter. Assalé Tiemoko exprime son soutien à l'institutrice et rappelle que personne n'est infaillible. Il n'appartenait pas à un individu, à partir du moment où l'erreur avait été corrigée et l'incident clos, de condamner à vie l'institutrice en ne retenant que l'erreur non corrigée.

Written by Mohammed Ouattara

Crime crapuleux à Bongouanou: il égorge sa marâtre

Un nouvel opérateur télécom ivoirien promet des forfaits illimités à des prix imbattables