Niakara: les producteurs d’anacarde découragés du région Ouattara

Économiquement désastreuses, les producteurs de cajou de Niakara ont exprimé leur découragement dans les campagnes de commercialisation de l’.

“Quand tu investis ton énergie, ton temps et surtout ton argent dans une activité, c’est que tu t’attends forcément à des retombées bénéfiques  “, mais ce n’est pas le cas”, a relevé Anderson Koné Galo, un producteur d’anacarde à Niakara.

Pour cet opérateur agricole, comme pour bien d’autres producteurs d’anacarde des localités et villages des sous-préfectures de Tafiré, Tortiya ,Niédiékaha et de Niakara ainsi que ceux de Badikaha et d’Arikokaha , les campagnes de commercialisation de noix de cajou de 2017 et 2018  ont été économiquement désastreuses.

LIRE AUSSI: 825 F le kg de cacao, un revenu décent pour les producteurs ?

Ces acteurs de la filière anacarde ont mis en cause le non respect par les acheteurs du prix bord champ fixé par l’État de Côte d’Ivoire et surtout l’absence de ceux-ci sur le terrain.

” A quoi sert-il  d’entretenir chaque année mon champ si, par la suite, je ne peux même pas vendre ma production ? “, s’est interrogé Didier Tuo Dogniman , un opérateur agricole à Sangadiokaha , un village de la sous-préfecture de Tortiya.

Personnalités liées avec l’article