Piège du parti unifié : « Le RDR sera cueilli, à l’usure, comme un fruit pourri par le PDCI » (Décryptage)

Alassane Ouattara et Henri Konan Bédié, entretiennent désormais des relations tantôt chaudes, tantôt froides

Piège du , après l’accord politique signé par les six dirigeants des partis membres du RHDP. A en croire le journaliste et homme de communication Yves Roger Claver, « le sera cueilli, à l’usure, comme un fruit pourri par le  ». Décryptage.

Yves Roger Claver
Yves Roger Claver

En voulant réparer sa faute dans la chute du PDCI, le président s’est mis dans un imbroglio sans fin. L’idée du parti unifié ne sera jamais une belle réalité. Les faucons et les fauves des deux camps n’iront pas de main morte. Ce qui intéresse le PDCI d’, c’est l’alternance de candidature en 2020. Le reste n’émeut personne. Pas question de se faire « bijouter » alors que le RDR même est affaibli à la base. Tout l’enjeu est là.

Le PDCI tient le RDR à la gorge, persuadé que le terrain est libre. On le sait, sans le vieux parti fondateur de la Côte d’Ivoire post-coloniale, le RDR aura du mal à conserver les privilèges du pouvoir. Ce, d’autant que dans la géopolitique actuelle, seul le PDCI a su conserver l’influence de ses bases et la discipline au sein du parti.

« Le RDR sera cueilli, à l’usure, comme un fruit pourri, par le PDCI. Et au cas où le RDR se refuserait à admettre une candidature issue des rangs du PDCI, c’est le FPI qui aura droit de cité »

Le RDR est à la traîne, laminé par des guerres de clans, même pas capable de battre le rappel des troupes. Croyant acheter la conscience collective du vieux parti, Ouattara aura presque tout donné au détriment de ses propres cadres: vice-présidence, sénat, ministères juteux, nominations et promotion de cadres… Le PDCI aura tout eu pour asseoir sa machine à remonter le temps.

Piège du parti unifié

Sans le savoir, le RDR s’est invité dans un dîner du diable où tous les coups peuvent arriver, non pas par le jeu de ses adversaires politiques, mais plutôt dans la lignée de sa propre coalition. Ce qui en rajoute aux erreurs tactiques de Ouattara qui, à présent, doit le regretter. Pendant ce temps, au PDCI, on se frotte les mains. La tactique d’hypocrisie a bien marché.

Le RDR sera cueilli, à l’usure, comme un fruit pourri par le PDCI. Et au cas où le RDR se refuserait à admettre une candidature issue des rangs du PDCI, c’est le FPI qui aura droit de cité. Une menace qu’on brandit, à peine voilée, au sein du bureau politique du PDCI, avec conviction et parfois aux yeux et à la barbe de qui veut l’entendre. Ouattara qui a usé tous ses jokers demeure dans les cordes du regret, en attendant de trouver autre…solution.

Yves Roger Claver

Sit-in au siège du PDCI, Samba Traoré au RDR : « Quand on est fort, on ne fait pas d’alliance »