Serge Bilé ( journaliste-écrivain): « Bédié commet une faute morale en se présentant »

La candidature d'Henri Konan Bédié constitue « une faute morale, » selon le journaliste franco-ivoirien, Serge Bilé qui voit un homme fatigué.

Bédié commet une faute morale en se présentant aux élections.
Ouattara a cherché à l'évincer.
Ils sont comptables de l'impasse dans laquelle se trouve le .

LIRE AUSSI: Bédié éligible à la présidentielle du 31 octobre ? : Me Suy Bi répond

Les partisans se braquent quand on parle de son grand âge. Mais à 86 ans, que peut apporter à un pays un homme fatigué à vue d'œil et usé par l'exercice du pouvoir à tous les niveaux depuis plus d'un demi-siècle ?

Même si, grâce au tripatouillage de son ancien allié, la nouvelle lui permet d'être candidat, commet une faute morale en se présentant à l'élection d'octobre. C'est le même Bédié qui expliquait pourtant, dans une interview jadis, que les politiciens de son âge sont trop vieux pour assumer la lourde charge de chef de l'Etat.

LIRE AUSSI: Marche de l'opposition : Bédié envoie un fort message à Ouattara et aux autorités militaires, « cessez ces agressions »

Autant qu', Bédié est d'ailleurs comptable de l'impasse dans laquelle se trouve ce pays. Certes Ouattara a cherché à l'évincer, à la de , pour s'emparer du fauteuil présidentiel, mais la riposte a contribué à déstabiliser une plus fragile qu'on ne l'imaginait ethniquement.

En 1994, c'est Bédié qui réforme le Code électoral et réserve le poste de président de la République aux « nés de père et de mère eux-mêmes Ivoiriens de naissance », dans le seul but d'écarter Ouattara. Ah la notion de race pure !! Vieilles chimères d'autrefois !! Qui peut se prévaloir d'être de race pure dans ce pays ?

LIRE AUSSI:Bédié candidat du PDCI à la présidentielle un danger pour le RHDP

Quand la rivalité entre adversaires atteint de tels sommets, c'est la porte ouverte au pire. La haine hier et l'esprit de revanche aujourd'hui ne sont pas de bons guides en politique, surtout quand ils animent un homme qui n'est pas exempt de reproche : son éviction du gouvernement quand il était après l'affaire des surfacturations en 1977 et sa rigidité quand il était président jusqu'à sa chute en 1999, sont là pour nous le rappeler. Les supporters de Bédié auront beau me dire que l'homme a changé, il me semble que la meilleure des sagesses est de savoir s'effacer à temps.

Entre Billon, Tanoh ou , ce ne sont pourtant pas les jeunes qui manquent dans son parti et qu'aurait pu départager une primaire équitable. Enfin, pour que les choses soient claires, je ne conçois aucune solidarité ethnique avec quelque candidat que ce soit et d'ailleurs chacun est de voter pour qui bon lui semble. Je dis juste que je n'entre pas dans ce jeu. Ni Ouattara. Ni Bédié. Ni Gbagbo. Ni Soro. C'est ma position.

LIRE AUSSI: « Le retour de Gbagbo en Côte d'Ivoire un danger pour le RHDP : ce retour ne doit pas être rendu possible »

Source: MEDIA PRIME

Written by Serge Bilé

Marche de l’opposition ivoirienne ce 13 août 2020 : Bonoua déjà dans les rues, en images

Marche de l’opposition : Bédié envoie un fort message à Ouattara et aux autorités militaires, « cessez ces agressions »