Sommet du G5 Sahel à Pau : mise en place d’une stratégie militaire contre les djihadistes

Emmanuel Macron a réuni ce 13 janvier 2020, à Pau, en France, les présidents du G5 Sahel pour un sommet en vue de renforcer la présence des forces françaises.

Paris veut avant tout obtenir une déclaration commune des présidents du G5 sahel qui soulignera que la France agit à la demande de ses dirigeants, afin de  « relégitimiser » sa présence.

Vendredi 10 janvier 2020, des milliers de personnes manifestaient encore à Bamako au Mali pour réclamer le retrait des troupes françaises et étrangères.

LIRE AUSSI : Mali : un directeur d’école criblé de balles par des terroristes

Le sommet de Pau vise à revoir la stratégie militaire contre les djihadistes et à appeler à une participation accrue des alliés internationaux. A ce sujet, une opération baptisée « Tacouba », réunissant des forces spéciales d’une dizaine de pays européens est en train d’être mise en place par la France.

La légitimité des militaires français déployés au Sahel est de plus en plus contestée, face à la multitude des attaques djihadistes.

Dimanche 12 janvier 2020, une autre attaque encore plus meurtrière, a été commise au Niger coûtant la vie à 89 soldats tués dans le camp de Chinégodar, près du Mali.

LIRE AUSSI : Le Burkina, le pays le plus touché par les attaques terroristes en 2019

Ce sont les présidents du Tchad, du Niger, du Burkina Faso, du Mali, et de la Mauritanie, le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres, le président de la Commission de l’Union africaine Moussa Faki et le président du Conseil européen, Charles Michel, qui sont présents à cette rencontre qui prendra fin mardi 14 janvier 2020.

L’opération Barkhane, dirigée par l’armée française au Sahel, a été lancée le 1er août 2014, et a pour objectif de lutter contre les groupes armés djihadistes de la région.

LIRE AUSSI : Burkina: les positions de l’armée attaquées à Namissiguima et à Kelbo

Selon l’Organisation des Nations Unies, plus de 4 000 personnes ont été tuées dans des attaques terroristes en 2019 au Burkina Faso, au Mali et au Niger. Le nombre des déplacés a décuplé, approchant le million.

Personnalités liées avec l’article