Une vengeance sur les réseaux sociaux qui tourne mal : Un chauffeur de Yango accusé à tort de rituels, l’auteur finit en prison

Homme en prison
Homme en prison © Crédit photo DR

MMA, chauffeur de Yango, a été victime d’une campagne de diffusion de fausses informations sur les réseaux sociaux.

Une photo de lui circulait avec la mention « Urgent, chauffeur de Yango, faites très attention. Cet homme est en vérité un ritualiste qui drogue ses passagers pour les utiliser à ses fins. Faites passer l’information ».

Informé par ses proches, MMA a porté plainte auprès de la Plateforme de Lutte contre la Cybercriminalité (PLCC). Les investigations menées par la PLCC, appuyée par le Laboratoire de Criminalistique Numérique (LCN), ont conduit à l’interpellation du nommé KCT.

KCT, ami de MMA, a reconnu avoir publié la photo et le message diffamatoire. Il a expliqué qu’il s’agissait d’une blague en réponse à un acte que MMA aurait commis. KCT avait découvert une publication de MMA comportant sa photo et le texte suivant : « Aider nous à retrouver ce jeune garçon il est porté disparu depuis quelques jours voilà pourquoi on devrait interdire la mendicité aux enfants. Ses parents le regrettent. Repostez et si vous l’apercevez contactez le numéro suivant ». C’est dans un élan de vengeance qu’il a en retour publié de fausses informations sur MMA.

MMA a également reconnu être l’auteur de la publication mensongère concernant la disparition d’un enfant. Il s’est excusé pour ses actes et a affirmé qu’il ignorait que diffuser de fausses informations à l’encontre d’une personne était puni par la loi.

KCT et MMA ont été conduits au parquet pour répondre de leurs actes. Ils sont tous deux accusés de diffusion de fausses informations au moyen d’un système d’information.

La rédaction vous conseille

Cet incident met en lumière la gravité de la diffusion de fausses informations en ligne. Il est important de rappeler que de telles actions peuvent avoir de lourdes conséquences pour les victimes, tant sur le plan personnel que professionnel. Il est également important de souligner que la diffusion de fausses informations est un délit puni par la loi.

La PLCC appelle donc les internautes à la vigilance et à la responsabilité. Il est important de vérifier les informations avant de les partager et de ne jamais diffuser de fausses informations, même si elles sont intentionnellement présentées comme des blagues.

Les derniers articles sur YECLO

Written by Mohammed Ouattara

Dates examens scolaires 2024 CI connues : le calendrier officiel du CEPE, BEPC et BAC, des changements par rapport aux années précédentes

Faux post Facebook: de victimes à accusés, deux amis se font des blagues et finissent en prison