Acquittement Gbagbo et Blé Goudé par la CPI : Bensouda n’aura pas plus de temps pour faire appel

Le procureur a répondu ce 19 juillet 2019 à qui voulait plus de temps pour faire appel de la décision d’acquittement de Gbagbo et Bél Goudé.

La chambre d’Appel de la () rejette la demande formulée par le procureur de la , Fatou Bensouda, dans l’affaire Laurent Gbagbo et Blé Goudé, d’une prorogation du délai de dépôt du mémoire d’appel à 145 jours après la notification de la décision contestée, au lieu de 90 jours.

LIRE AUSSI: CPI: encore une victoire de Gbagbo et Blé Goudé sur Fatou Bensouda

La Chambre de première instance I de la CPI a présenté, mardi, l’exposé détaillé des motifs de sa décision d’acquittement de l’ex-président ivoirien Laurent Gbagbo et l’ex-leader des « Jeunes Patriotes » Charles Blé Goudé, signale-t-on.

Pour le dépôt de la déclaration d’appel, conformément à la règle 150 (1) ) du Règlement, le président de la chambre d’appel, le juge Chili Eboe-Osuji  juge qu’une prorogation de 55 jours serait disproportionnée, sachant que le délai normal pour le dépôt de la déclaration d’appel, conformément à la règle 150 (1) ) du Règlement, est de 30 jours”.

LIRE AUSSI: Olivier Akoto (PDCI) à N’gattakro: « Si les militants ne sont pas identifiés, les efforts du Parti seront vains »

“Malgré la suspension de l’audience judiciaire, la Chambre d’appel estime qu’il n’est pas approprié de presque tripler le délai. La Chambre d’appel estime plutôt qu’une prolongation de 30 jours est, dans les circonstances, appropriée”, indique le communiqué.

Le Procureur soutenait dans sa demande d’extension des délais, que la décision d’acquittement était particulièrement complexe et que les motifs qui ont été fournis font 1366 pages. Et la période pendant laquelle elle devrait réparer l’avis d’appel et le mémoire d’appel comprend les vacances judiciaires de trois semaines du 20 juillet au 11 août 2019.

LIRE AUSSI: France 24: Blé Goudé veut « diriger la Côte d’Ivoire »

Le 15 janvier 2019, cette Chambre avait, à la majorité de ses membres rendu une décision orale par laquelle elle a acquitté les deux prévenus, de toutes les charges de crimes contre l’humanité qui auraient été commis en Côte d’Ivoire en 2010 et 2011, rappelle-t-on.

Personnalités liées avec l’article