« Ce n’est pas en s’isolant que le PDCI pourra convaincre les autres à soutenir son candidat en 2020 » (DKZ)

« PDCI et RDR : Personne n’a intérêt à se faire peur ! », IvoireSoir.net vous propose l’édito de Denis Kah Zion publié dans le Nouveau Réveil le 24 avril 2018. Edito Denis Kah Zion Nouveau Réveil 24 avril 2018.

Le mercredi 18 mai 2005, à Paris, les principaux leaders des partis se réclamant de l’idéologie et de la philosophie du président Félix Houphouët-Boigny, le PDCI-RDA, le RDR, l’UDPCI, le MFA ont porté sur les fonts baptismaux le Rassemblement des Houphouëtistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP).

L’héritage politique laissé par le Père fondateur

Le faisant, ils avaient tous à cœur de faire en sorte que les sons discordants qui avaient provoqué la dislocation de l’héritage politique laissé par le Père fondateur disparaissent et qu’à nouveau les « enfants » de Féfé se retrouvent, conjuguent leurs forces, leur énergie pour relancer la Côte d’Ivoire. Le préambule de la plate-forme signée à Paris le 18 mai 2005 respecte les formes. Il explique clairement que la décision de créer le Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (Rhdp) a été prise à Accra, en juillet 2004, lors de l’un des multiples sommets ivoiro-ivoiriens, censés aider à la mise en œuvre des accords de paix.

« Doyen et de dépositaire de l’héritage politique de Félix Houphouët-Boigny »

L’idée même de la naissance de cette alliance étant mûrie lors du dîner offert par le couple Bédié au couple Ouattara en leur résidence de la rue Beethoven à Paris (témoin privilégié, nous y étions comme seul journaliste-reporter ivoirien). Pour lever les blocages à la mise en œuvre du processus de paix, les leaders du RDR, Alassane Ouattara, de l’UDPCI, Paul Akoto Yao et du MFA, Innocent Anaky Kobena, avaient demandé au président du Pdci-Rda, Henri Konan Bédié, en sa qualité de « doyen et de dépositaire de l’héritage politique de Félix Houphouët-Boigny », de prendre ses responsabilités en réunissant la famille des houphouëistes. C’était au 3ème sommet sur la crise ivoirienne à Accra.

Faire table rase du passé dans le pardon mutuel des offenses

Un an plus tard, leur souhait se réalisera, dans la capitale française, après des mois de discussions souterraines, mais soutenues. Les équipes de négociation mises en place par chacun des futurs signataires, vont aider à surmonter les divisions, et à « faire table rase du passé et de leurs ressentiments, dans le pardon mutuel des offenses.»

« Henri Konan Bédié qui a la responsabilité historique de faire de cette alliance politique la seule alternative pour booster à nouveau la Côte d’Ivoire »

Treize ans après, leur inspiration ayant finalement permis d’installer le pays dans le train de la démocratie, de la paix et de la stabilité et après avoir chassé Gbagbo du pouvoir d’Etat, les initiateurs du Rhdp s’inscrivent toujours dans la même vaine. Surtout le président Henri Konan Bédié qui a la responsabilité historique de faire de cette alliance politique la seule alternative pour booster à nouveau la Côte d’Ivoire.

L’impérieux devoir de se maintenir ensemble

De fait, le président Bédié ne rate aucune occasion pour rappeler à tous, l’impérieux devoir de se maintenir ensemble dans la confiance mutuelle et surtout son engagement à faire aboutir cette volonté commune de se retrouver dans la maison commune du Père. Certes, des embûches tant internes qu’externes ne manquent pas. Mais les deux poids lourds que sont les présidents Bédié et Ouattara gardent le cap et ne baissent nullement les bras. Leurs dernières sorties respectives la semaine dernière suite à la polémique sur la signature de l’accord politique du 16 mars en sont la preuve palpable.

« J’ai dit que nous sommes en discussion. Du moins le PDCI est en discussion avec ses alliés, parce qu’il présentera un candidat en 2020 »

Un candidat PDCI en 2020

Quand le Président Bédié dit avec insistance devant la presse : « J’ai dit que nous sommes en discussion. Du moins le PDCI est en discussion avec ses alliés, parce qu’il présentera un candidat en 2020. Et compte tenu de ce que ce parti, par deux fois, a soutenu le candidat du RDR pour en faire le candidat unique du RHDP, nous souhaitons un soutien de leur part en 2020. J’ai dit que cela était en discussion entre nos alliés et nous. Les deux poids lourds qui conduisent la politique du pays savent toujours s’entendre ».

M. Bédié ne dit pas autre chose que d’appeler toutes les forces Houphouëtistes à se mettre ensemble une fois encore à la présidentielle de 2020, en choisissant de soutenir un candidat sorti des rangs du PDCI-RDA, mais qui n’en sera pas moins le candidat du RHDP.

« Notre alliance est solide. Nous faisons des progrès considérables pour la Côte d’Ivoire »

Une alliance avec des gens très compétents

Quand depuis Paris, le Président Alassane Ouattara soutient également : « Notre alliance est solide. Nous faisons des progrès considérables pour la Côte d’Ivoire. Nous avons l’un des taux de croissance les meilleurs au monde, parce que nous avons une alliance avec des gens très compétents. Et ce qui nous importe, c’est la stabilité de la Côte d’Ivoire, et nous continuerons le travail ensemble y compris de préparer les élections de 2020. Tout le monde pourra être candidat, et le meilleur sera choisi par cette alliance du RHDP, rassemblement des houphouêtistes pour la paix ».

« Alassane Ouattara ne dit non plus pas autre chose que d’encourager tous les Houphouëtistes à rester ensemble encore et toujours »

La volonté de Bédié et la présidentielle de 2020

Pour l’élection présidentielle de 2020, la démocratie veut que chaque parti présente son candidat et que même tous ceux qui le peuvent soient candidats, mais qu’au sein du RHDP, le meilleur candidat soit choisi. La volonté de M. Bédié étant que ce meilleur soit sorti du PDCI-RDA. C’est pour cela d’ailleurs qu’il a, depuis, mis en mission le Secrétariat exécutif du PDCI-RDA, les coordinations de zones, les délégations départementales et communales, les secrétaires généraux de section, les responsables des femmes et des jeunes pour qu’ils se mettent au travail sur le terrain en vue de la promotion de la candidature d’un cadre militant du PDCI-RDA pour le compte du RHDP. En un mot comme en mille, les présidents Henri Konan Bédié et Alassane Ouattara sont sur la même longueur d’onde sur les sujets d’alternance et de parti unifié. Puisqu’ils sont d’accord pour rester ensemble dans le RHDP qui deviendra, plus tard, appellent-ils tous de leurs vœux, le parti unifié des Houphouëtistes : le RHDP. Sauf analyse erronée de notre part, ils ont également le même avis sur la question d’alternance en 2020.

« Pour ce qui est de l’approche de la désignation du candidat unique du RHDP, tout est une question de négociation, d’échanges et d’entente »

Personne ne rejette la création du parti unifié

Ce qui peut arriver quand on sait que le premier enseignement du président Houphouët-Boigny dont ils se réclament tous, c’est le Dialogue. Personne des deux et des autres leaders des partis du RHDP ne rejette la création du parti unifié, mais ils conviennent tous à reconnaitre que ce sera une œuvre à réaliser par étapes. D’ici là, le RHDP continuera de vivre et de fonctionner comme la plate-forme des partis politiques, sinon une fédération de partis qui ont chacun sa personnalité, son mode de fonctionnement et son autonomie. La réalité politique est telle qu’aujourd’hui, aucun parti ne peut à lui tout seul remporter une élection sur la présidentielle. Toute chose qui rend incontournable le regroupement en une force unitaire. D’où l’importance de rester en RHDP que chacun des présidents a si bien comprise qu’il s’est engagé à renforcer la plate-forme.

« Aussi, après que le PDCI-RDA eut soutenu par deux fois le RDR, dans l’esprit RHDP, le RDR devrait, dans ce même esprit RHDP, soutenir le PDCI-RDA en 2020 à faire élire le candidat qui sortira de ses rangs »

Le PDCI-RDA devra convaincre et rassurer ses alliés

Ce soutien attendu ne sera pas aux forceps, encore moins par les invectives et autres menaces, mais le fruit de négociations et de persuasion politique. Le PDCI-RDA devra convaincre et rassurer ses alliés partout et en toutes circonstances. Il faut absolument que les partis houphouëtistes parviennent à s’entendre sur l’essentiel qui est aujourd’hui de présenter un visage homogène et une force unie à toutes les élections jusqu’à la présidentielle 2020 où un ticket gagnant PDCI/RDR se fera élire, dans le même registre que le ticket Ouattara-Duncan qui dirige la Côte d’Ivoire aujourd’hui. Un duo harmonieux et gagnant. Oui, il faut le dire.

« Ce n’est pas en s’isolant que le PDCI-RDA pourra convaincre les autres à soutenir son cadre candidat à la présidentielle de 2020 »

Ce n’est non plus pas en éloignant les autres que le RDR convaincra ses alliés de parvenir au parti unifié. Personne n’a donc intérêt à se faire peur, puisqu’il est suffisamment démontré chaque jour que tous ont besoin des uns des autres. Dans ces joutes entre frères condamnés à demeurer ensemble pour consolider l’avenir, il ne saurait y avoir de gagnant ni de perdant. C’est pourquoi, les différents congrès extraordinaires des partis politiques annoncés doivent être des moules d’où doivent sortir des stratégies de renforcement de l’union sacrée des Houphouëtistes, au nom de la stabilité, de la Paix et du développement de la Côte d’Ivoire d’Houphouët-Boigny. Pour rassurer l’ensemble des Ivoiriens et tous les partenaires au développement de la Côte d’Ivoire, notre bien aimé pays, qui a su rattraper son retard de 10 ans de guerre militaro-civile. Grâce à l’union des enfants d’Houphouët.

Personnalités liées avec l’article