Ferkessédougou: situation sécuritaire très préoccupante

Le Comité civilo-militaire de Ferkessédougou, a organisé une réunion en vue de s’enquérir de la sécurité et de la situation sécuritaire du département.

A cette réunion tournante qu’accueillait le commissariat de Ferkessédougou, l’occasion a été donnée aux  différentes unités des forces de sécurité (police, gendarmerie, eaux et forêts, sapeurs pompiers) de faire le point de la situation sécuritaire du département notamment pour la période septembre-octobre.

Selon le président du CCM, Koné Soungalo, l’on constate depuis un moment, une forte migration des enfants des zones frontalières (Mali et Burkina Faso) vers la Côte d’Ivoire (destination, zones cacaoyères) et qui  transitent à Ferkessédougou.

LIRE AUSSI: Qui a tué le gendarme MDL Sony Tiékou à Yopougon Lavage?

“La gendarmerie nous a instruits d’être très vigilants sur ce point car un enfant trouvé dans un champ de cacao, cela nuit à l’économie du pays. Alors nous demandons à la population d’apporter son appui aux forces de l’ordre en vue de les refouler vers leurs zones d’origine”, a-t-il relevé.

Sur la question de l’insécurité dans le département, le CCM a relevé plusieurs cas de vols, d’escroquerie, d’accidents de la route (dus au non respect des règles de sécurité routières), des cas de viols, d’attentats à la pudeur, un cas de séquestration au quartier Mossibougou, etc.

LIRE AUSSI: Lutte contre l’orpaillage clandestin: Niakara sur le pied de guerre

“Nous avons relevé également un nouveau type de banditisme. Ce sont plusieurs cas de vols de sacs à mains à l’arrachée dont sont victimes dans les rues, nos femmes et mamans. Cela est dû à un problème d’éclairage car les malfrats opèrent dans des lieux mal éclairés”, a déploré M. Koné.

Comme solution à ce tableau  sécuritaire peu reluisant, le  président du CCM appelle les populations à apporter leur collaboration aux forces de l’ordre afin qu’elles puissent juguler l’insécurité dans le département.

LIRE AUSSI: Daoukro inondations: les sinistrés invités à quitter les zones à risques

“Une bonne collaboration entre populations  civiles et forces de sécurité  permettra de réduire le taux de criminalité. Et un environnement sain et sécurisé est toujours propice aux investissements en vue de l’essor économique de la région”, a-t-il soutenu.

Personnalités liées avec l’article