CAN 2023 en Côte d’Ivoire : Comment vivent les classes moyennes à Abidjan ?

Portrait d'un profil type de classe moyenne à Abidjan à l'occasion de la CAN 2023 en Côte d'Ivoire du 13 janvier au 11 février 2024

Abidjan, la capitale économique de la Côte d'Ivoire, est une ville en pleine croissance, qui attire de nombreux habitants en quête d'opportunités.

Parmi eux, les classes moyennes, qui représentent environ 23% de la population urbaine, selon une étude de Deloitte. Qui sont-ils, comment consomment-ils, quels sont leurs défis ? Portrait d'un profil type de classe moyenne à .

Un bon niveau d'éducation et une double activité

Pour appartenir à la classe moyenne à Abidjan, il faut avoir un revenu compris entre 12 et 65 dollars par jour, selon la Banque mondiale. Cela implique souvent d'avoir un bon niveau d'éducation, au moins le baccalauréat, et d'exercer une activité professionnelle stable, que ce soit comme fonctionnaire d'Etat, entrepreneur ou salarié du privé.

Mais cela ne suffit pas toujours pour faire face aux dépenses du quotidien, surtout si l'on a des enfants. C'est pourquoi beaucoup de membres de la classe moyenne ont une deuxième activité, souvent informelle, qui leur permet de compléter leurs revenus. Il peut s'agir de vendre des produits ou des services, de faire du commerce, ou encore de louer une partie de son logement.

Une consommation diversifiée et connectée

La classe moyenne à Abidjan se distingue par ses habitudes de consommation, qui reflètent son pouvoir d'achat et ses aspirations. Elle apprécie les produits locaux dans l'alimentation, mais elle aime aussi se faire plaisir avec des marques internationales pour la mode et les cosmétiques. Elle utilise beaucoup les nouvelles technologies, notamment le mobile banking, qui lui permet de gérer ses finances à distance, et les messageries instantanées, qui lui facilitent la communication avec ses proches.

La rédaction vous conseille

La classe moyenne à Abidjan dépense davantage pour les enfants, qu'elle considère comme un investissement pour l'avenir. Elle leur assure une bonne éducation, qui représente entre 13% et 14% de son revenu, selon . Elle leur offre aussi des loisirs, comme des sorties en famille dans les centres commerciaux, où elle peut profiter des boutiques, des restaurants et des cinémas.

Une épargne prudente et un rêve de propriété

La classe moyenne à Abidjan n'oublie pas de mettre de l'argent de côté, pour faire face aux imprévus et aux projets. Elle épargne via des systèmes traditionnels, comme la tontine, qui consiste à mettre en commun une somme d'argent avec un groupe de personnes, et à se la redistribuer à tour de rôle. Elle est aussi de plus en plus bancarisée, avec un accès au crédit, qui lui permet de financer des dépenses importantes, comme l'achat d'une voiture ou d'un équipement ménager.

Le rêve de la classe moyenne à Abidjan est d'accéder à la propriété, pour se protéger du déclassement et transmettre un patrimoine à ses enfants. Mais ce n'est pas facile, car le marché immobilier est très cher et peu régulé. Il faut souvent économiser pendant des années, ou recourir à des prêts à des taux élevés, pour pouvoir acquérir un logement décent.

Les derniers articles sur YECLO

Written by Mohammed Ouattara

Conseil des Ministres ivoirien le 17 avril 2024

Conseil des ministres ivoirien du 4 janvier 2024 : Ouattara met la pression

Le PPA-CI fustige la gouvernance économique de Ouattara