Assemblées Annuelles 2023 FMI et Banque Mondiale à Abidjan: le président Ouattara plaide pour la restructuration de la dette africaine

Le Président Alassane Ouattara a ouvert les Assemblées Annuelles 2023 du FMI et de la Banque Mondiale à Abidjan, le 5 octobre 2023.

Dans son discours, le Président Ouattara a salué les progrès économiques réalisés par la Côte d'Ivoire. Il a également souligné les efforts du gouvernement ivoirien pour réduire la pauvreté et améliorer les conditions de vie de la population.

Le Président Ouattara a ensuite fait un plaidoyer pour l'adaptation des outils de financement du , afin de mieux répondre aux besoins des pays africains. Il a notamment appelé à un renforcement des ressources des guichets de prêts concessionnels du FMI, qui sont destinés aux pays les plus pauvres. Il a également plaidé pour une restructuration de la dette des pays africains, qui est souvent très élevée et représente un obstacle au développement.

Les propos du Président Ouattara ont été salués par de nombreux participants aux Assemblées Annuelles. Ils sont considérés comme un signal fort de la volonté de l'Afrique de jouer un rôle plus important dans l'économie mondiale.

LIRE AUSSI: Dette : « le risque de surendettement de la Côte d'Ivoire jugé modéré » (Moussa Sanogo)

Ces propositions sont importantes car elles pourraient contribuer à réduire la pauvreté et l'inégalité en Afrique. Elles pourraient également aider les pays africains à mieux résister aux chocs économiques et à se développer de manière durable.

LIRE AUSSI: Tidjane Thiam au chevet de l'économie gabonaise

Il reste à voir si le FMI et les pays membres seront prêts à répondre à ces demandes. Cependant, les propos du Président Ouattara ont mis en lumière la nécessité d'adapter les outils de financement du FMI aux besoins spécifiques des pays africains.

Written by Christian Binaté

CAN Côte d’Ivoire 2023 : le compte à rebours lancé, 99 jours avant le coup d’envoi

CPI

Violences post-électorales 2010-2011 Côte d’Ivoire : la CPI revient à la charge, « nous n’oublions pas nos dossiers »