« Monsieur le président, il est temps de libérer le Tabouret »

Lettre ouverte de Koné Kobali au président à qui il demande de libérer le tabouret car il a échoué dans ses programmes.

Maintenant que les dix années qui marquent votre passage au pouvoir d’Etat exhibent sa partie inférieure matérialisée par la queue et sa fonction de ventilation ; à défaut d’en être concepteur tutélaire, peut-être qu’on pourrait à bon droit d’ailleurs, anticiper les résultats politiques de votre action à la tête de notre riche et très riche pays.

Point n’est besoin d’orienter la lumière sur tous les évènements antérieurs (à 2010) qui n’ont pas manqué à l’époque, de faire de vous un symbole de l’exclusion et de rejet politique. Cependant votre avènement au pouvoir d’Etat (2010 à ce jour) en plus de l’empathie que cette situation a provoquée en votre faveur, votre projet : « vivre ensemble».

comme une tête de gondole dans un magasin de grande surface, a réussi à vous porter aux affaires avec un taux de suffrage exprimé difficilement égalable. A l’heure du bilan, je vous propose, Monsieur le Président de la République de Côte d’Ivoire, de commencer par le commencement.

LIRE AUSSI: Simone Gbagbo depuis Adzopé: « nous serons à toutes les élections, mais cette CEI n’est pas bonne »

En ce qui me concerne, mea-culpa, alors même que le peuple, au sens large du terme, n’avait pas une définition claire du « vivre ensemble », d’autres concepts comme des attrape-nigauds tels que :« l’émergence et l’Ivoirien nouveau » sont venus épaissir ce nuage déjà trop gros et trop haut, dans un ciel trop gris.

1-LE « VIVRE ENSEMBLE »
Comme définition, le concept du « vivre ensemble », fédérateur et en harmonie avec les crises multiformes qui ont émaillé notre parcours national, était la meilleure proposition qu’un groupement à vocation politique de surcroit victime, pouvait soumettre à ses concitoyens.

Vivre ensemble suppose un territoire national, duquel ont été extraits, avec la contribution de toutes les couches sociales, tous les germes de tension après qu’ils eurent été méthodiquement et rigoureusement identifiés ;

LIRE AUSSI: Hymne GPS: Soro lance un nouvel appel

Vivre ensemble suppose que les citoyens ivoiriens sont égaux en droits et en devoirs et en pouvoir discrétionnaire suprême ;

Vivre ensemble suppose que toutes les compétences nationales, sans exclusive, seront comme un bataillon de la garnison médicale, au chevet de la nation jour et nuit, quelles que soient les intempéries politiques ;

Vivre ensemble est une école de valeurs qui sérine les discours de cohésion sociale, de paix, d’entraide et que sais-je encore… ;

Vivre ensemble est un hymne social que les lèvres les plus irréductibles devraient fredonner partout et à chaque instant de la vie ;

LIRE AUSSI: Innocent Yao à Ouattara: « ces anciens du PDCI qui ont rejoint le RHDP ne pèsent rien, ils vous ont menti »

Vivre ensemble, c’est naître dans les mêmes maternités, fréquenter les mêmes écoles, les mêmes marchés, faire ces emplettes dans les mêmes grandes surfaces, les mêmes pharmacies, rouler sur les mêmes échangeurs, les mêmes routes publiques, les mêmes lieux de cultes etc… ;

Vivre ensemble, c’est consolider la possibilité aux concitoyens de faire ce que les lois permettent ;

Vivre ensemble, c’est vivre côte-à-côte sur un bien commun qu’est la Côte d’Ivoire, en bonne intelligence avec ses voisins qui ne partagent pas les mêmes valeurs religieuses, politiques et culturelles ;

Enfin vivre ensemble, c’est avoir au plus profond de soi, l’Amour d’Autrui tel qu’enseigné par la sagesse africaine et la magie divine des livres saints ;

LIRE AUSSI: Assassinat de Désiré Tagro et de IB: Doumbia Major accuse Soro

2- EMERGENCE
L’Emergence, à défaut d’avoir été élucidée de façon pédagogique par ses puristes, suppose déserter une zone de turbulence où tous les possibles négatifs sont en surnombre, pour apparaitre dans des atouts nouveaux qui consacrent sous un nouveau jour, notre fierté et notre dignité de consommateurs exigeants de la vie ;

L’Emergence, c’est la découverte d’un nouveau monde et l’adressage d’un nouveau mode d’existence proche du paradis ;

L’Emergence, c’est la soupe exclusive de la nouvelle chance nationale à laquelle nul citoyen ne peut renâcler raisonnablement ;

L’Emergence suppose être désormais au-dessus des 05 besoins fondamentaux (selon Maslow) que sont : 1- besoin physiologique-2- besoin de sécurité-3-besoin d’appartenance-4-besoin d’estime-5-besoin de s’accomplir ;

L’Emergence, c’est offrir gracieusement à ses concitoyens, les conditions de sortir la tête de l’eau pour occuper enfin, le strapontin du bonheur social, avec en prime, la crainte de Dieu ;

L’Emergence, qui bénéficie d’une présumée ambition nationale, ne s’accommode pas de bouées de sauvetage distribuées avec méthode et délicatesse ;

LIRE AUSSI: Koua Justin à Gon: « Monsieur le Premier Ministre, sous votre régime que de prisonniers politiques »

Enfin, l’Emergence est d’abord et avant tout, une disposition psychologique qui ne supporte pas les zones réputées pour leurs turbulences avérées ;

3- L’IVOIRIEN NOUVEAU
L’Ivoirien nouveau, c’est bien, évidemment, cet incertain citoyen nouveau, dans un environnement nouveau que devrait offrir sans contrepartie le projet du « vivre ensemble » lequel émergerait d’une rampe de lancement qui lui offrirait toutes les félicités du monde ;

L’Ivoirien nouveau, c’est celui qui a conscience que sa Nation est fragile et qu’il faut l’entourer de nouveaux soins appropriés ;

L’Ivoirien nouveau, c’est celui qui tient en haute estime, tous ceux, hommes et femmes, qui l’entourent ;

L’Ivoirien nouveau, c’est celui qui, en fonction de la place qu’il occupe dans la chaine sociale, a une parfaite lecture du rôle qui est le sien ;

LIRE AUSSI: Soro dit tout sur la mort de Tagro et fait des révélations sur des généraux de Gbagbo

L’Ivoirien nouveau, c’est celui qui n’a d’autre objectif que d’œuvrer au rayonnement de sa nation avec rigueur et abnégation ;

L’Ivoirien nouveau, c’est celui qui n’est plus capable de nourrir de mauvais sentiments à l’égard de son prochain ;

Visiblement, l’Ivoirien nouveau est un métal qui n’est pas encore dans la forge qui doit œuvrer à son moulage humain !

L’Ivoirien nouveau, c’est celui qui remet volontiers à son Créateur, le chronomètre de la dispensation de son destin ;

A l’heure du « pré-bilan extérieur » Monsieur le Président, remarquons ensemble que ce qui était un formidable triptyque à l’origine capable de transporter le peuple ivoirien sur des rivages rieurs, car il y avait de la suite dans les idées, s’est soldé par trois notes toutes aussi médiocres et incapables de faire croitre l’empathie qui était la nôtre à votre égard.

LIRE AUSSI: MHD écrit à DJ Arafat: voici la lettre et son message

Je n’irai pas jusqu’à dire que j’ai été trahi, par contre, je peux penser que les concepteurs de ce projet fédérateur, avec l’exercice quotidien du pouvoir, ont été distraits par l’ampleur des réalités quotidiennes toujours différentes de celles de la veille ! Car à aucun moment, les 03 chapeaux de ce formidable triptyque, qui devaient se tenir les mains unies comme des frères siamois à 03 têtes pour franchir avec héroïsme, l’obstacle de la planète de la mendicité, s’est révélée être la mer à boire.

Monsieur le Président si on ne peut pas redresser significativement la barre, pensons à libérer sans conditions, le tabouret. Dommage Monsieur le Président, Visiblement, l’Ivoirien nouveau est certainement un fragment de métal qui n’est pas encore dans la forge qui doit œuvrer à son moulage humain !

Personnalités liées avec l’article