Plateau : Incendie criminel d’un immeuble attribué à Guillaume Soro ?

Incendie d'un immeuble au Plateau

Un incendie s’est déclenché dans un immeuble attribué à aux environs de 8 heures le jeudi 27 décembre 2018 au Plateau face à l’entrée principale du faisant plusieurs dégâts matériels.

Un incendie a ravagé le jeudi en début de matinée, une partie d’un immeuble R+7 et deux sous-sols. Selon des témoins interrogés, l’incendie s’est déclenché vers 8 heures, calcinant un véhicule et divers autres objets. Cet immeuble est situé à quelques mètres de l’assemblée nationale.

Certains ont vite fait d’attribuer l’immeuble en feu au président de l’Assemblée nationale Guillaume Soro. En réaction rectifie en ces termes, « ne vous laissez pas distraire. Cet immeuble n’appartient pas au Président de l’Assemblée nationale. C’est de la poudre aux yeux que jettent les vendeurs d’illusions ». Grace à la promptitude du () l’incendie a été vite circonscrit.

« ne vous laissez pas distraire. Cet immeuble n’appartient pas au Président de l’Assemblée nationale. C’est de la poudre aux yeux que jettent les vendeurs d’illusions »

L’on n’enregistre aucune perte en vie humaine et une enquête a été ouverte. Notons que la construction de cet immeuble avait causé une bousculade monstre qui avait provoqué la mort de 63 personnes et 43 blessés le mardi, aux premières heures de l’an 2013, aux environs d’une heure du matin, après avoir assisté à la cérémonie de lancement des feux d’artifice et autres jeux de lumière commémorant le Nouvel an, au Plateau, centre des affaires, à Abidjan.

A lire aussi :Adjoumani se dit « scandalisé »: « Nous avons toujours admiré le courage de Soro mais… »

Selon le rapport, lu par le Procureur de la république de Côte d’Ivoire, , le samedi 5 janvier sur le plateau du journal de 20 H de la , les principales raisons du drame du 1er janvier étaient « le rétrécissement de la voie par un chantier de construction d’un immeuble, l’insuffisance d’éclairage, insuffisance des forces de l’ordre sur le lieu du drame et la présence de troncs d’arbre sur l’axe du drame ».

En effet, face au rétrécissement de la voie, certains s’étaient retrouvés sur la clôture du chantier de construction d’immeuble dont une partie avait cédé sur la pression de la marée humaine.

Karina Fofana