Procès Gbagbo : Gon persiste, « c’est une initiative des avocats, ils n’ont pas besoin d’en référer à Ouattara »

Face à la presse le jeudi 20 février 2020 le premier ministre Amadou Gon s’est exprimé sur le procès de Laurent Gbagbo et le mandat contre Guillaume Soro.

A la question de savoir si le mandat contre Guillaume Soro ne viserait pas à écarter le président du GPS, Amadou Gon a d’abord assuré qu’il n’y a aucune volonté d’éliminer qui que ce soit des prochaines élections présidentielles. Pour lui, ces élections sont ouvertes à tout le monde. Tous ceux qui veulent y participer peuvent le faire, mais doivent être conformes à la loi et aux textes en vigueur.

LIRE AUSSI: « Gbagbo ne retournera plus en prison. Ce dont il est question actuellement, c’est de savoir s’il aura sa liberté définitive »

« Et si par contre je voulais faire de la polémique sans vouloir la faire, on pourrait se poser la question : Si ce n’est pas parce que la personne concernée savait ce qu’elle sait qu’elle s’est proclamée précipitamment candidate, en pensant que c’était un élément de protection ? » Gon Coulibaly.

LIRE AUSSI: CPI, Gbagbo et Blé Goudé : « un procès qui n’est pas que juridique mais aussi politique et diplomatique »

Au sujet du procès de l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo à la CPI, Amadou Gon répond : «C’est une initiative des avocats qui sont dans leur rôle. Ils n’ont pas besoin d’en référer au président de la République.  Ils expriment des positions dans le cadre du débat. Nous interférerons pas dans les décisions de justice».

Personnalités liées avec l’article