Alassane Ouattara: « En 8 ans, nous avons tout doubler dans ce pays », même la pauvreté ?

« En 8 ans, nous avons tout doubler », dixit lors d’une interview sur la RTI, la veille de la fête de l’indépendance 2019 en Côte d’Ivoire.

Le président ivoirien , Alassane Ouattara citant la Directrice générale du Fonds monétaire international (FMI) , a indiqué mardi que la Côte d’Ivoire vit quasiment un second miracle, au regard des indicateurs positifs tant économique que social qu’enregistrent le pays.

« La communauté internationale a indiqué clairement que la Côte d’Ivoire est sur la bonne voie. Nous avons réalisé des performances exceptionnelles, je dirais même extraordinaires (…) En huit ans, nous avons tout doubler dans ce pays », a signifié le président ivoirien lors d’une interview transmise par  la Radio diffusion ivoirienne (RTI), le mardi 6 août 2019, veille de la fête de l’indépendance en Côte d’Ivoire.

LIRE AUSSI: Palé Dimaté: « la victoire à la présidentielle du président Bédié est déjà acquise »

Selon lui, la richesse nationale a doublé de 2011 à 2018, ainsi que le produit intérieur brut (PIB). Toutefois, si le produit par tête d’habitant n’a pas augmenté, il relève une hausse du revenu des populations, avec en moyenne une augmentation des revenus de 40%.

Le chef de l’Etat a donné l’assurance que le taux de croissance qui a oscillé pendant huit ans entre 8 et 9% sera toujours élevé. Ce taux se situait à près de 7%, en 2018.

LIRE AUSSI: Eco, Monnaie CEDEAO, métro d’Abidjan… ce que Ouattara a demandé à Macron à Paris

Pour assurer cette croissance économique, Alassane Ouattara dit compter sur le secteur privé. Il encourage ainsi les investisseurs à « avoir confiance en la Côte d’Ivoire ».

« Je suis très confiant, et je dois dire à mes concitoyens que nous continuerons, sur cette voie. C’est la bonne voie de la prospérité future de notre grand pays », a insisté le président Ouattara.

Le « miracle ivoirien » est le nom donné à une période de prospérité économique survenue en Côte d’Ivoire dans les années 1960-1970. Le pays bénéficia de plusieurs facteurs simultanés notamment la hausse du prix des matières premières, le café et le cacao dont le pays était le premier producteur mondial.

Personnalités liées avec l’article