Côte d’Ivoire : une allocation pauvreté à 4 mois de l’émergence

"Ne donne pas ta voix à la pauvreté" : affiche de campagne du candidat Alassane Ouattara, en 2010

Cette allocation de pauvreté va coûter une rallonge budgétaire de 58,4 milliards. Elle est destinée aux ménages « extrêmement » pauvres en Côte d’Ivoire.

Le gouvernement ivoirien a annoncé jeudi 3 octobre 2019 un financement supplémentaire de 58,4 milliards de francs CFA (89,1 millions d’euros) dans le cadre du projet de la Banque mondiale « filets sociaux productifs » visant à octroyer une allocation trimestrielle aux ménages « extrêmement » pauvres en Côte d’Ivoire.

LIRE AUSSI: Côte d’Ivoire: Affrontements entre les villages de Korékipra et de Brokoua à Issia

Selon un communiqué, durant le conseil des ministres mercredi 2 octobre 2019, le gouvernement a ratifié par décret « l’accord de prêt d’un montant de 89,1 millions d’euros, soit 58, 4 milliards de francs CFA, en vue du financement du projet de protection sociale et d’inclusion économique, financement supplémentaire au projet de filets sociaux productifs ».

L’accord a été conclu le 23 juillet 2019entre l’Association internationale de développement (AID) du Groupe de la Banque mondiale et la Côte d’Ivoire.

« Ce financement supplémentaire vise à augmenter le nombre de bénéficiaires du projet de filets sociaux productifs et il permettra à un plus grand nombre de ménages pauvres de bénéficier de transferts monétaires numériques afin d’accroître leurs revenus et de mettre en place des services de protection sociale », a indiqué le gouvernement.

LIRE AUSSI: Côte d’Ivoire: Jacques Mangoua condamné à 5 ans de prison

Le projet filets sociaux productifs est une initiative du gouvernement ivoirien avec l’appui technique et financier de la Banque mondiale qui consiste à octroyer jusqu’en 2020 une allocation trimestrielle de 36 000 francs CFA (environ 55 euros) aux ménages « extrêmement » pauvres du pays.

Avec un financement initial de 30 milliards FCFA (environ 47 millions d’euros), le projet couvre à ce jour 50 000 bénéficiaires, essentiellement des ménages « extrêmement » pauvres ayant des enfants de 0 à 15 ans ou des femmes enceintes en milieu rural soit environ 350 000 personnes concernées, issus de 882 villages de 16 régions du pays.

LIRE AUSSI: Côte d’Ivoire: Prix de la viande de bœuf, du mouton, du ciment

En plus des 50 000 ménages actuellement bénéficiaires, 75 000 nouveaux ménages répartis sur l’ensemble du territoire vont bénéficier des transferts monétaires grâce au financement supplémentaire, selon le ministère de la Solidarité et de la Lutte contre la pauvreté.

Personnalités liées avec l’article