Procès trafic cocaïne Côte d’Ivoire : la police et la marine dans l’oeil du cyclone après les révélations du présumé cerveau du réseau ?

Le procès du trafic de cocaïne en Côte d’Ivoire a pris un nouveau tournant après les révélations de Miguel Angel Devesa Mera.

Devesa Mera a déclaré devant la Cour que la police ivoirienne est complice du trafic de drogue et que la quantité de cocaïne saisie n’est que la partie émergée de l’iceberg. Il a affirmé que, grâce à la corruption, les trafiquants peuvent faire entrer de la drogue dans le pays à un coût moindre.

Devesa Mera a révélé que le prix d’entrée de 1 kg de cocaïne est passé de 10 millions à 5 millions de francs CFA grâce à la complicité des forces de l’ordre. Il a également affirmé que son arrestation était due au hasard et non à l’efficacité de la police.

La rédaction vous conseille

Ces accusations ont jeté un pavé dans la mare et provoqué la colère des policiers présents dans la salle d’audience. Le procès, qui a débuté le 7 mars, se déroule dans un climat tendu et les prochaines audiences risquent d’être encore plus explosives.

Ce procès est crucial pour la Côte d’Ivoire, qui est devenue une plaque tournante du trafic de cocaïne en Afrique de l’Ouest. Les révélations de Devesa Mera mettent en lumière l’ampleur de la corruption au sein de la police et la nécessité de réformes profondes pour lutter contre ce fléau.

Les derniers articles sur YECLO

Written by Mohammed Ouattara

Cérémonie de présentation au drapeau de la Police ivoirienne

Mamadou Touré aux nouveaux policiers ivoiriens : « votre engagement avec notre nation doit être sans faille »

Mobilité électrique : vers la réglementation en Côte d’Ivoire