CAFOP d’Abengourou : le personnel et les élèves-maîtres instruits sur la qualité du service public

CAFOP d'Abengourou
L'entrée principale du CAFOP d'Abengourou © Crédit Photo Ministère de l'Education Nationale

L'Observatoire du Service Public (OSEP) de l'Indénié-Djuablin a conduit une séance de sensibilisation le mardi 26 mars 2024 à l'intention du personnel enseignant, encadrant ainsi que des élèves-maîtres du Centre d'Animation et de Formation Pédagogique (CAFOP) d'Abengourou, concernant la qualité du service public en Côte d'Ivoire.

Maurice Kouassi Koffi, superviseur assistant de la cellule focale de proximité de l'OSEP, a souligné l'objectif de cette initiative : promouvoir au sein de l'administration publique une culture de performance et de transparence, garantissant un service public de haute qualité et sans reproche.

Pour Ignace Kouadio Kouassi, directeur régional de la fonction publique, cette démarche vise essentiellement à encourager le professionnalisme et le respect scrupuleux des dispositions énoncées dans le statut général de la fonction publique, surtout auprès des élèves-maîtres, en tant que futurs agents de l'État de Côte d'Ivoire, afin qu'ils incarnent des modèles dans l'exercice de leurs fonctions.

La rédaction vous conseille

La session de formation a également abordé les missions et les activités de l'observatoire, chargé de surveiller la qualité du service rendu par l'ensemble des administrations publiques, parapubliques, voire même privées, à l'égard des usagers et des clients.

La cellule focale de l'OSEP sur le terrain pour traquer la corruption

La cellule focale de proximité de l'OSEP de l'Indénié-Djuablin a débuté ses interventions le 2 octobre 2023, ayant déjà inspecté une trentaine d'administrations dans la région.

Les derniers articles sur YECLO

Written by Kevin Aka

Comment vivent les classes moyennes à Abidjan

Abidjan : le gouvernement lance le démantèlement des panneaux publicitaires anarchiques dès le 2 avril

Primes et indemnités : le dialogue en marche entre Mariatou Koné et les syndicats