Stéphane Zondé (candidat SYNIOCI) : « La Fesci ne fait pas de tous ceux qui y ont milité des gens violents »

Interview de Monsieur Stéphane Zondé, Inspecteur d’Orientation, candidat au poste de secrétaire général du ().

Monsieur Zondé que pouvez-vous nous dire du SYNIOCI, qui du reste est très peu connu des ivoiriens ?

Le SYNIOCI est la fusion, de trois syndicats des inspecteurs d’orientation du Secondaire et du Supérieur, notamment le SYNACOCI (Syndicat national des conseillers d’orientation de Côte d’Ivoire), SYNACOPCI (syndicat national des conseillers d’orientation psychologue de côte d’ivoire) et le SYNACOPENCI (syndicat national des conseillers d’orientation psychologue de l’éducation nationale de Côte d’ivoire), qui dans un élan d’humilité et de solidarité ont décidé d’être un. C’est l’occasion pour nous de saluer la grandeur d’esprit des Doyens qui ont su privilégier l’intérêt général en mettant leurs forces au service de notre corporation pour la bâtir dans l’unité d’actions.

Depuis donc le 20 décembre 2008, le SYNIOCI est le syndicat de tous les inspecteurs d’orientation de Côte d’Ivoire et œuvre à l’amélioration de leurs conditions de travail et de vie. Les secrétaires généraux qui ont été à la tête de notre syndicat sont les camarades Simon Thomas Aholia et . A ce stade de notre propos, Il nous faut les saluer pour les efforts consentis dans l’intérêt de tous.


Quels sont ces acquis du SYNIOCI depuis sa création ?

Notre syndicat a engagé des revendications autour de plusieurs questions d’intérêt pour notre corporation. Ainsi nous avons pu obtenir les satisfactions suivantes :

  • La participation du SYNIOCI aux instances de prise de décisions au niveau des différents ministères techniques,
  • La représentation des Inspecteurs d’orientation dans les différents secrétariats des concours de la formation professionnelle,
  • La participation des Inspecteurs d’orientation des directions régionales et départementales à la ,
  • L’obtention de la prime d’encadrement en 2009 pour tous les inspecteurs d’orientation,
  • L’amélioration des conditions de travail des inspecteurs d’orientation aux différentes commissions (, , , , CNSA, ),
  • La suppression de la vente des fiches de demande d’orientation,

Qu’est-ce qui motive votre candidature pour le poste de secrétaire général du SYNIOCI et quelles sont vos ambitions ?

Notre engagement au SYNIOCI remonte à 2012. Nous avons milité pendant sept ans et apporté notre pierre à l’édifice. Cependant, nous avons eu le temps d’observer et d’analyser les limites de notre action collective et les capacités non exploitées qui nous restent à valoriser. C’est donc le désir d’apporter notre expérience syndicale et un plus au SYNIOCI qui motive notre candidature.

A lire aussi : Gnamien Konan répond à ceux qui le traitent de xénophobe : « J’ai 5 enfants dont 4 du Nord, mais je suis contre le Rattrapage »

Sachant que les défis à relever sont considérables, notamment en ce qui concerne le profil de carrière à rendre plus cohérent et attrayant, l’uniformisation des primes d’encadrement de tous les Inspecteurs d’orientation, la formation syndicale des militants etc., il nous est paru important de nous déterminer à travers cette candidature.

Il s’agit à travers un leadership nouveau, de doper les potentialités des militants et de mettre en œuvre dans un élan inclusif et participatif des actions à même de transformer qualitativement nos conditions de travail et de vie et d’ouvrir le SYNIOCI aux instances internationales de promotion du métier.


Vous êtes membre du bureau sortant et votre candidature s’oppose à celle du secrétaire général sortant. N’êtes-vous pas pourtant comptable de sa gestion ?

En effet, il serait incongru de ne pas être solidaire de la gestion sortante de notre syndicat étant entendu que nous avons siégé au bureau national. A notre avis, il ne s’agit pas de cela. On peut en effet être comptable d’une gestion, mais estimer qu’elle peut et doit être plus améliorée pour le bien-être de tous.

Nous partons du postulat qu’aucune œuvre humaine n’est parfaite et achevée. Et que celle-ci peut être continuellement améliorée. Pour ce faire, il faut un autre leadership qui peut, non seulement, incarner ce nécessaire progrès, mais aussi proposer une autre vision, d’autres perspectives en ce qui concerne l’amélioration constante des conditions de vie et de travail des membres de notre corporation. En la matière, le sortant ayant fait ce qui était de ses capacités, il convient d’ouvrir d’autres possibilités.


Semble que vous avez milité à la dans vos années étudiantes. N’est-ce pas là un risque d’entrainer une corporation très respectée dans le radicalisme lors de vos revendications ?

Le fait d’avoir eu à militer à la FESCI, pourrait en effet être interprété comme un handicap au syndicalisme responsable. Pour notre part, il faut noter qu’il y a eu certainement des excès à la FESCI qu’on pourrait mettre à l’actif de la fouge de la jeunesse, mais cela ne fait pas de nous et de tous ceux qui y ont milité des personnes violentes ou irresponsables. Les jugements de valeur sont pernicieux et peuvent à l’absolu, être utilisés contre tous. Au niveau de la question relative à la FESCI je voudrais qu’on ajoute ceci:

Au demeurant certains anciens membres du BEN qui ont eu les acquis cités plus haut ont fait la fesci., notamment les camarades DOHY Eric, ZADI Cesar, TIEMELE Pascal…et même le ben sortant était aussi composé des anciens fescistes. Je veux parler de SEHOKO Amadou, le secrétaire national aux affaires administratives, de GBELA Richard, secrétaire national aux affaires socioculturelles, BROU Germain, le Secrétaire national  l’organisation, de KOCOLA Sylvain le secrétaire aux affaires administratives adjoint…Tout ceux-ci ont permis au ben de fonctionner.

A lire aussi : Alain Lobognon à propos de l’élection d’Amadou Soumahoro : « C’est la corruption légalisée »

En ce qui nous concerne, que ce soit dans notre vie professionnelle que celle de notre engagement militant au sein du SYNIOCI, nous sommes connus autant par la hiérarchie dans le travail que par nos camarades Inspecteurs d’orientation, comme étant une personne responsable. En conséquence, nous avons les atouts nécessaires pour conduire la corporation vers des lendemains meilleurs dans l’intérêt de notre système éducatif.

Votre mot de fin

Les Inspecteurs d’orientations sont au cœur de notre système éducatif en général et il convient qu’ils puissent pleinement jouer leur partition pour une école au service du développement. Cela passe nécessairement par l’amélioration de leurs conditions de travail et de vie.

Nos camarades ont pleinement conscience, qu’il nous faut ouvrir d’autres horizons avec un leadership conséquent, que nous incarnons avec modestie. Nous aimerons donc les remercier sincèrement pour la confiance qu’ils placent en notre modeste personne pour briguer ce poste. Nous leur faisons la promesse, qu’une fois élu, nous serons à la hauteur de la tâche pour traduire à la lettre leurs préoccupations légitimes. Nous invitons donc tous les inspecteurs d’orientation à porter leur choix sur notre personne pour qu’ensemble, dans l’unité d’actions, l’apport de tous à la chose commune et dans la discipline, nous écrivons les lettres d’or de notre SYNIOCI.

Merci à vous Journalistes d’ivoiresoir.net pour l’intérêt que vous portez à notre corps de métier.