Côte d’Ivoire : Un magistrat dénonce la corruption, il est radié et contraint à l’exil

Ange Olivier Grah
Ange Olivier Grah

Dans sa parution du 17 août 2018, Ivoiresoir.net faisait cas de la suspension du magistrat de ses fonctions, par le ministre . Un mois après ce dernier qui avait dénoncé la corruption dans le milieu judiciaire, fait savoir qu’il a été radié de la magistrature ivoirienne par un décret du président Alassane Ouattara, en date du 09 août 2018. Information que ne confirment pas les services de la présidence.

Le magistrat, par ailleurs président du Syndicat des magistrats de Cote d’Ivoire (), serait contraint à l’exil avec sa famille aux . Évoquant les raisons, le président du SYMACI répond ceci : « le décret est silencieux sur les motifs », indique-t-il avant de poursuivre.

A lire aussi : Magistrat Ange Olivier Grah : Voici les maux de la justice ivoirienne qu’il dénonçait et qui ont valu sa suspension

« Ce qui est le plus extraordinaire, c’est que pour la première fois de l’histoire de la Cote d’Ivoire, en violation du principe de la séparation des pouvoirs, le chef de l’exécutif sanctionne les membres d’un autre pouvoir. Le Président constitutionnellement n’a pas le droit ni le pouvoir de le faire. C’est contre le principe de la séparation des pouvoirs qui interdit qu’un juge ou même un parlementaire puisse être révoqué par l’exécutif ».

Pour rappel, dans une interview accordée à Afrikipresse, Il avait dénoncé, entre autres, trois plaies du système judiciaire ivoirien. « Le premier point c’est la question des émoluments qui ont amené les greffiers à faire récemment grève. Le deuxième point, c’est la création de la Cour d’appel du commerce et le troisième point, c’est sur l’indépendance de la justice », avait-il révélé.

« J’ai dû m’exiler avec mes enfants car on a essayé de m’assassiner. Je suis actuellement aux usa »

Il lui était reproché d’avoir manqué à son devoir de réserve comme l’exige l’institution judiciaire ce que son ministre de tutelle, Sansan Kambilé n’a pas supporté. A en croire celui que l’on pourrait appeler l’ex magistrat en Côte d’Ivoire, sa radiation remet en doute la forme démocratique de l’Etat, et d’ajouter. « Le Proclame ainsi officiellement en prégnant son Décret que notre pays n’est pas un Etat de droit.

On n’avait jamais vu ça même du temps du parti unique alors que la Justice n’était qu’une autorité et non un pouvoir comme elle l’est aujourd’hui. L’indépendance de la Justice est mort si le Président peut sanctionner les juges. En plus il ne donne aucun motif. C’est l’arbitraire le plus absolu.

Je vous informe même que contrairement au principe selon lequel les lois et les règlements ne prennent effet qu’à partir de leur publicité, le Décret prend effet dès sa signature». « J’ai dû m’exiler avec mes enfants car on a essayé de m’assassiner. Je suis actuellement aux usa », a-t-il confié. La vie de l’ex magistrat contraint de vivre aujourd’hui avec toute sa famille aux Etats-Unis était-elle menacée et par qui ?

Karina Fofana

Côte d’Ivoire : Un magistrat suspendu par le ministre, pour avoir dénoncé des maux de la justice

Personnalités liées avec l’article