Mamadou Traore: « s’il n’y avait pas eu la guerre des héritiers Bedié et Ouattara, nous n’aurions pas connu le premier coup d’État »

Le Professeur Mamadou Traoré, proche compagnon de lutte de , se souvent du 19 septembre 2002 le soulèvement militaire en Côte d’Ivoire.

Ci-dessous sa déclaration

Aujourd’hui c’est le 19 Septembre. Cette date nous rappelle à nous les ivoiriens une date à laquelle, pour la première fois et j’espère de tout mon coeur pour la dernière fois, la Côte d’Ivoire a connu une rébellion.

Chacun pourra commenter ,selon ses convictions et ses orientations politiques, les actions de cette date. Mais nous autres,compagnons de Guillaume Soro pendant ces moments de braise, ne pouvons que demander pardon aux ivoiriens qui ont subi les effets collatéraux de cette action. Oui ,à l’instar de Guillaume Soro, nous demandons pardon aux ivoiriens. Pardon d’avoir cru que cette action que nous avons menée nous ouvrira la voie à une démocratie apaisée.

Hélas ! Milles fois hélas, aujourd’hui nous nous rendons compte que cette action n’a profité qu’à une minorité au pouvoir. Elle n’a profité qu’à des opportunistes qui ont profité du combat que nous avons mené pour tenter de nous écraser et d’étouffer les ivoiriens.
Si c’était à recommencer, nous ne le referons plus.

A LIRE AUSSI: Said Penda après l’appel de Bensouda: « Gbagbo ne retournera pas en Côte d’Ivoire avant cinq ans »

Il est bon de savoir que cette rébellion n’est que la conséquence de la bêtise de nos aînés qui ont chacun d’entre eux dirigé le pays. En effet, s’il n’y avait pas eu la guerre des héritiers entre les Présidents Bedié et Ouattara, nous n’aurions pas connu le premier coup d’État que le pays a connu en Décembre 1999. S’il n’y avait pas eu ce coup d’État, nous n’aurions pas connu cette élection calamiteuse qui a provoqué des morts et qui a poussé les acteurs du coup d’État de 99 à l’exil.

Ces acteurs dont les têtes avaient été mises à prix par le pouvoir d’alors. Ces acteurs en exil qui ont été obligés de tenter de renverser le pouvoir dirigé par Laurent Gbagbo. Action qui a abouti à une rébellion qui a pris naissance le 19 Septembre 2002.
Que Dieu nous épargne d’une telle situation.

A LIRE AUSSI : Mamadou Traoré: « Mabri ne tardera pas à rejoindre Soro », voici les raisons

C’est pourquoi nous les ivoiriens devront tirer des leçons de cette crise.
Elle devrait nous amener à plus d’humilité.Elle devrait nous faire comprendre que tout n’est que vanité.Elle devrait nous amener à comprendre que la haine semée entre les ivoiriens ne peut que nous conduire à une telle situation.

En effet,le 19 Septembre 2002 est la conséquence de la haine distillée dans les esprits à travers la traque aux étrangers,à travers l’ivoirité, à travers la haine crée et entretenue entre les différentes régions,groupes ethniques et religions du pays.

A LIRE AUSSI : Mamadou Traoré: « ce régime est à la base de tous les conflits » en Côte d’Ivoire

C’est pourquoi c’est le lieu de mettre derrière nous toute cette haine entre nous qui n’a fait que nous créer des problèmes. Parlons nous comme avant. Malgré nos divergences politiques et religieuses, restons amis et frères.Gardons notre amitié et fraternité intactes et considérons nos divergences politiques comme un jeu.Un jeu où nous nous amusons à nous lancer des piques tout en considérant cela comme une distraction.

Vue ainsi, le jeu politique sera plus saint et moins meurtrier. En tout cas, c’est comme cela que moi je considère le jeu politique. Mes amis et frères qui sont au sont restés toujours mes amis et frères. Nous nous parlons régulièrement malgré nos divergences politiques. C’est cette attitude que j’attend de tous les ivoiriens. Ceux qui considèrent le jeu politique comme une bataille à mort de gladiateurs sont des ignorants qui s’ignorent eux même.

Que cette commémoration du 19 Septembre nous amène à tirer des leçons de nos erreurs passées. Que cela ne se reproduise plus dans le pays.

A LIRE AUSSI: Doumbia Major: « Sous Gbagbo, pouvait-on librement organiser des marches dans ce pays? »

Je profite de cette occasion pour demander à tous nos guides religieux de profiter de ce Vendredi pour les musulmans et de ce Dimanche pour les chrétiens de faire des sermons et des prêches à l’endroit de leurs fidèles afin qu’ils cultivent entre eux la tolérance et le pardon. C’est ce qui nous évitera une autre crise politique plus dramatique que les premières.

Personnalités liées avec l’article