Franc CFA, Akufo-Addo désavoue Ouattara : « Les relations avec la banque de France doivent être revues »

Nana Akufo-Addo et Alassane Ouattara le 6 mai 2017

Lors d’un entretien accordé à TV5 Monde, Nana Akufo-Addo, président de la République du Ghana, parlant du FCFA répondait à Alassane Ouattara qui a soutenu ouvertement la monnaie à sa sortie d’audience avec Emmanuel Macron le président français vendredi 15 février 2019.

2020, c’était la date qui était choisi pour la mise en place de la monnaie commune à l’échelle de la région ouest-africaine, vous êtes impliqué dans ce processus, quel est son état d’avancement? Pensez-vous que 2020 est toujours tenable pour une convergence des économies de la région?

Nous avons eu plusieurs dates prévues qui ont été reportées. Je pense qu’il y a des conditions structurelles qu’on doit dépasser et des relations avec la banque de France qui doivent être revues.

« Je pense qu’une monnaie commune entre les pays d’Afrique de l’ouest va donner beaucoup de chose. Il y aura le commerce entre nous et le développement de nos économies »

On parle de FCFA, derrière cette politique de monnaie commune, vous y êtes favorable ?

Je pense qu’une monnaie commune entre les pays d’Afrique de l’ouest va donner beaucoup de chose. Il y aura le commerce entre nous et le développement de nos économies. Je ne dis pas que dans la zone franc, il n’y a pas d’évolution mais si on n’arrive pas à élargir le marché qui comprend tous ces 15 pays de l’Afrique occidentale je pense que c’est un marché qui sera beaucoup plus performant.

Vous mentionnez les relations de la banque de France avec les pays du FCFA, vous voulez dire que qu’il y a un frein ?

J’hésite à utiliser le mot  »frein » mais je veux dire que ça fait partir des problèmes structurels qu’on doit essayer de combler.

A lire aussi : France : Ouattara va rencontrer Macron pour relancer le dossier du métro d’Abidjan

Qu’est-ce que vous attendez précisément, qu’est ce qui doit être fait ?

Nous sommes en train de négocier, ensemble nous verrons comment le Nigeria, la Guinée, la Sierra-Léone, les Gambiens, les libériens qui ne font pas partir de la zone franc de quelle manière nous pouvons avoir une relation avec les pays de la zone franc et qui sera positive pour tous. Et, qui fera qu’on pourra pousser nos économies c’est ce qui importe.

Pour rappel, Alassane Ouattara avait déclaré : « Je crois qu’il faut que ce débat cesse, les gens en parlent sans savoir de quoi il s’agit… ». Depuis lors, l’épineux débat sur le FCFA a refait surface.

Roxane Ouattara

Personnalités liées avec l’article